Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

L'Osservatore Romano dénonce le recours aux mères porteuses

La mère thaïlandaise de Gammy lui tient la main. - EPA

05/08/2014 16:24

(RV) Le quotidien du Vatican a déploré en termes sévères l’abandon il y a quelques jours d’un enfant trisomique à sa mère porteuse par ses parents biologiques. Un couple d’Australiens ayant fait appel à une mère porteuse en Thaïlande, qui a accouché de jumeaux, aurait refusé de prendre l’enfant souffrant d’un problème cardiaque et de trisomie. Cette affaire a soulevé la colère sur internet où des milliers d’euros ont été collectés pour l’enfant. Dans un commentaire en première page, l’Osservatore romano évoque un nouvel exemple de la culture du déchet qui s’imbrique avec l’esprit mercantile, y compris quand il s’agit de la vie et du corps humain. Cela donne lieu à un mélange explosif qui fait qu’un enfant n’est plus considéré que comme un produit que l’on achète.

A partir du moment où l’on décrète qu’il existe un droit à l’enfant, affirme l’auteur de l’article, Lucetta Scaraffia, il ne faut pas s’étonner si des parents qui ont commandé un enfant, et loué un ventre maternel, l’abandonnent s’il n’est pas sain et parfait. Le journal s’étonne de l’indignation manifestée dans les médias et sur la toile où on défend habituellement la pratique des mères porteuses et l’insémination artificielle hétérologue. Si l’on veut être cohérent, il faut combattre ces pratiques qui exploitent des femmes indigentes et déshumanisent la procréation. De nombreux couples étrangers se rendent en Thaïlande pour utiliser les services de cliniques de fécondation in-vitro et des mères porteuses, souvent par le biais d’agences spécialisées à l’étranger. La maternité de substitution n’est pas illégale dans ce pays mais elle est soumise à des règles précises qui n’ont pas, semble-t-il, été respectées. 

Versions divergentes

Les faits sur lesquels revient l’auteur de cette tribune sont compliqués. Un couple d’Australiens a demandé à une Thaïlandaise de 21 ans, déjà mère de deux enfants, d’être la mère porteuse de leurs enfants, des jumeaux. Selon la version de la jeune mère, le couple a accepté de prendre la petite fille, bien portante, mais a refusé de prendre le petit garçon, Gammy, trisomique. Selon les parents, via un communiqué diffusé par une amie et publié dans le journal de leur ville de résidence, Bunburry, au sud de Perth, le couple affirme avoir été informé de problèmes de cœur et non de la trisomie. « On a dit aux parents biologiques qu'il ne survivrait pas, qu'il avait au mieux un jour à vivre » selon l’amie du couple. En outre, selon l’accord conclu entre les parents et la mère porteuse, l’accouchement aurait dû avoir lieu dans un grand hôpital international de Thaïlande mais la mère porteuse a décidé de changer d’établissement.

 

Parallèlement à la publication de cette défense, l’Australian Associated Press affirme avoir consulté des pièces judiciaires montrant que l’homme, qui serait âgé de 56 ans, a été condamné pour avoir agressé sexuellement trois jeunes filles. La télévision ABC précise que cet homme a fait de la prison pour des agressions sur des mineures de moins de 10 ans quand il était âgé d’une vingtaine d’années. Gammy est aujourd’hui âgé de sept mois. Il est hospitalisé depuis plusieurs jours pour une infection pulmonaire.  (avec agences)

 

05/08/2014 16:24