Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

"Que la voix de la femme ait un poids réel dans la société et dans l'Eglise"

- AFP

15/04/2015 12:34

(RV) Différence et complémentarité entre l’homme et la femme : c’est le thème que le Pape François a abordé lors de l’audience générale de ce mercredi matin place Saint-Pierre et qu’il poursuivra la semaine prochaine. Le Pape continue ainsi sa série de catéchèse sur le mariage.

Le Pape a donc concentré son discours sur la différence sexuelle, « présente dans tant de formes de vie ». Or, « la différence entre l’homme et la femme ne réside pas dans l’opposition ou la subordination mais dans la communion et la génération, toujours à l’image et à la ressemblance de Dieu. » Le Pape insiste et précise que « l’expérience nous l’enseigne : pour bien se connaitre et grandir harmonieusement, l’être humain a besoin de la réciprocité entre l’homme et la femme ». « Sans l’enrichissement réciproque dans cette relation - dans la pensée et dans l’action, dans les sentiments et dans le travail, même dans la foi – les deux ne peuvent même pas comprendre réellement ce que signifie être un homme ou une femme ».

Mais au-delà de ce rappel, le Pape François a dénoncé les doutes et le scepticisme apportés par la culture moderne et contemporaine. Les précisions de Xavier Sartre :

En abordant le thème des différences sexuelles entre homme et femme, le Pape ne pouvait qu’aborder la question de la « prétendue théorie du genre ». « Expression d’une frustration ou d’une résignation qui vise à annuler la différence sexuelle parce que l’on ne parvient pas à se confronter à elle ? » se demande-t-il. En pensant ainsi, le Pape estime que « l’on risque de faire un pas en arrière. La suppression de la différence est le problème pas la solution. Pour résoudre leurs problèmes relationnels, l’homme et la femme doivent au contraire se parler, s’écouter, se connaitre et s’aimer davantage. Ils doivent se traiter avec respect et coopérer avec amitié » poursuit-il. Ce n’est qu’ainsi qu’il sera possible « d’envisager une union matrimoniale et familiale pour toute la vie ». Et ces liens sont une chose sérieuse, non seulement pour les croyants mais pour tout le monde. Et le Pape d’inviter « les intellectuels à ne pas déserter ce thème, comme s’il était devenu secondaire dans un engagement en faveur d’une société plus libre et plus juste ».

L’échec de l’alliance entre l’homme et la femme inquiète le Pape qui voit un écueil à surmonter d’urgence. Il faut ainsi faire plus en faveur de la femme si l’on veut redonner de la force à la réciprocité entre l’homme et la femme. C’est pourquoi « il est nécessaire que la voix de la femme ait un poids réel, une autorité reconnue dans la société et dans l’Eglise ». Rappelant que Jésus avait mieux considéré la femme que nous le faisons, le Pape François a regretté que nous n’ayons pas compris ce que le génie féminin, qui « sait voir des choses avec un autre regard qui complète la pensée des hommes », pouvait nous donner à nous et à la société. Autrement dit, c’est un appel aux hommes à plus « de créativité et plus d’audace » que le Pape a lancé.

Le Pape se demande enfin si la crise de confiance collective en Dieu n’est pas liée à la crise de l’alliance entre l’homme et la femme. D’où la responsabilité de l’Eglise, des croyants et des familles croyantes pour « redécouvrir la beauté du dessein créateur qui inscrit l’image de Dieu même dans l’alliance entre l’homme et la femme ».

 

 

15/04/2015 12:34