Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Le cardinal Sandri réagit aux meurtres d'Ethiopiens en Libye

Photo prise dans un centre d'accueil pour migrants à Misrata en Libye - REUTERS

20/04/2015 16:32

(RV) Entretien - Vingt-neuf migrants qui tentaient de rejoindre l'Europe, des Ethiopiens de confession chrétienne, ont été tués par des membres de l'Etat islamique en Libye. Le Préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales voient en eux "des martyrs qui ont témoigné de leur foi jsuqu'à la mort, sans peur."  

Dimanche, le bras médiatique de l’organisation de l’Etat islamique a mis en ligne une vidéo montrant la mise à mort du groupe sur une plage libyenne. Les images macabres accompagnent une longue explication du christianisme vu par l’islam. La destruction des croix des églises de la plaine de Ninive en Irak est présentée comme une purification contre le polythéisme. Les chrétiens sont sommés de se soumettre et de payer la dime, la taxe musulmane. Ceux qui ont accepté ces conditions sont exhibés comme des trophées. Les autres sont menacés de mort.

Je vous propose d’écouter la réaction du cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, interrogé par Hélène Destombes

 

Une grande tristesse parce que nos frères chrétiens ont été immolés de cette façon et nous restons impuissants devant cette force violente qui ne respecte rien, ni la foi, ni les personnes, ni la dignité de chacun de nous. Mais je voudrais dire que d’un autre côté, je vois la force de la foi de certains de nos frères. Dans ce cas-ci, nos frères provenaient de l’Ethiopie. J’ai visité l’Ethiopie au mois de décembre dernier. J’ai pu voir les racines chrétiennes de ce pays. Mais voir que de ce pays, proviennent une partie de frères chrétiens qui donnent leur vie pour le Christ parce qu’ils sont chrétiens, voilà la grande espérance malgré la tristesse et le désespoir de ces évènements. Voir ces choses à la lumière du Christ ressuscité, voir notre pauvreté parce qu’ils sont riches de pouvoir dire « je suis chrétien » et même affronter la mort. Voilà la grandeur de nos frères chrétiens catholiques ou orthodoxes- la majorité chrétienne en Ethiopie est orthodoxe- et voir qu’ils sont capables de donner leur vie pour le Christ, c’est admirable. C’est une chose qui me porte à penser qu’en Ethiopie, il y a des personnes qui ont de grandes valeurs, qui n’ont pas peur de manifester leurs noms chrétiens. Avec notre Saint-Père, nous pouvons voir l’œcuménisme des martyrs, la voix qui unit tous les chrétiens de la confession de ces chers frères éthiopiens. Donc, grâce à Dieu, nous prions pour eux, nous prions pour les mauvais cœurs qui ont dit de faire ces choses-là, afin qu’ils changent leurs cœurs et qu’ils voient vraiment le mal qu’ils font à l’humanité.

 

Les chrétiens persécutés étaient au cœur des célébrations pascales. Le Pape François avait alors dénoncé un silence complice. Quelle doit être la réponse face à la furie djihadiste qui frappe les chrétiens ?

 

Nous pouvons certainement prier, aider, envoyer même les choses que nos frères peuvent recevoir pour survivre en Syrie, en Ethiopie, en Egypte, en Lybie, en Irak, partout. Oui, nous pouvons faire de petites choses de solidarité, être vraiment très proche de nos frères. C’est le futur de l’humanité. Si nous devons penser que les choses doivent se résoudre par des crimes comme ceux-ci, c’est vraiment un futur perdu pour l’humanité qui n’a pas de sens, qui n’est pas humain, qui n’a pas d’espérance. Donc, j’espère qu’au-delà de ce que nous pouvons faire, de très petites choses, on pourra avoir une réaction de ceux qui ont les pouvoirs matériels pour arrêter ce malheur qui apporte de la tristesse à toute la chrétienté mais pas seulement, à toute l’humanité.

 

Il est également fondamental que les autorités musulmanes ne cessent de condamner de tels actes ?  

 

Oui, bien sûr, nous sommes heureux de voir que les autorités musulmanes, avec toute la compréhension, enseignent que ce n’est pas la religion qu’ils professent, que c’est une religion de paix , de miséricorde, de fraternité. Ce que nous pensons, bien sûr, c’est que les interprétations de ces quelques malheureux ne doivent pas être considéré comme la position officielle des musulmans. Cette nouvelle vidéo a suscité une vague d’indignation. Plusieurs voix se sont élevées pour condamner les exactions que le groupe Etat islamique commet chaque jour contre les populations civiles. Dans un communiqué, une porte-parole du service diplomatique de l’Union européenne affirme que ces exécutions sommaires démontrent une nouvelle fois que rien n'arrête les terroristes dans leur volonté de créer des divisions religieuses. Ce n'est pas un choc des civilisations, ajoute le communiqué, ce n'est pas un combat entre l'islam et l'Occident. C'est un détournement criminel d'une noble religion pour perpétrer des attaques terroristes dans le cadre d'une lutte pour le pouvoir.

20/04/2015 16:32