Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Pour le Pape, "Mgr Romero est l'incarnation du bon pasteur"

Des dizaines de milliers de fidèles réunis dans la ferveur pour la béatification de Mgr Romero, à San Salvador. - AFP

23/05/2015 18:10

(RV) « Monseigneur Romero, qui construisit la paix avec la force de l’amour, donna témoignage de la foi par sa vie livrée jusqu’à l’extrême ». Ce sont les mots que le Pape François écrit dans une lettre adressée à l’archevêque de San Salvador, Mgr José Luis Escobar Alas et président de la conférence épiscopale du Salvador. Le Pape a pris la plume à l’occasion de la béatification ce samedi à Salvador de Mgr Oscar Romero, archevêque de la capitale du San Salvador, assassiné alors qu’il célébrait la messe en 1980. Dans ce texte, il revient sur la figure du nouveau bienheureux et sur les enseignements que les catholiques et l’Eglise peuvent en tirer aujourd’hui. Les précisions de Xavier Sartre :

Mgr Romero est l’incarnation du Bon Pasteur, celui qui « reçut la grâce de s’identifier pleinement avec Celui qui donna sa vie pour ses brebis ». Pour le Pape François, l’évêque assassiné « sut conduire, défendre et protéger son troupeau, restant fidèle à l’évangile et en communion avec toute l’Eglise ». Mgr Romero se distingua ainsi « par sa particulière attention aux plus pauvres et aux personnes marginalisées ». 

Cet exemple fauché par les balles, le Pape le donne aux fidèles d’aujourd’hui puisque « la voix du nouveau bienheureux continue de résonner pour nous rappeler que l’Eglise, convocation des frères autour de son Seigneur, est famille de Dieu, dans laquelle il ne peut y avoir de division. La foi en Jésus Christ crée des communautés faiseuses de paix et de solidarité ». C’est ce à quoi nous invite Mgr Romero, et ce à quoi il invite l’Eglise : « à être riche en miséricorde, à se convertir en levain de réconciliation pour la société. » Le Pape insiste et explique que « Mgr Romero nous invite à la raison et à la réflexion, au respect de la vie et de la concorde ». Sa vie et sa mort nous montrent qu’il « est nécessaire de renoncer à la “violence de l’épée et de la haine” ». Le bienheureux avait ressenti dans sa propre chair « l’égoïsme qui se cache chez qui ne veut céder du sien pour donner aux autres ».

Preuve que le message de Mgr Romero est toujours vivant, le Pape François reconnait qu’est arrivé pour le Salvador « le moment favorable pour une vraie réconciliation nationale face aux défis à affronter aujourd’hui ». Le monde et le Salvador ont ainsi encore beaucoup à recevoir du nouveau bienheureux. 

23/05/2015 18:10