Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Célébrations liturgiques

A Quito, le Pape exhorte à crier la joie de l'Évangile, pour que le monde croie

Le Pape François a célébré la messe à Quito (Equateur), vêtu d'une chasuble en tissu traditionnel - AFP

07/07/2015 18:25

(RV) « Je vous demande que nous soyions un, que l'Église soit une maison de frères » : le Pape François a célébré ce mardi la messe à Quito et a surtout parlé d'évangélisation, depuis le parc du Bicentenaire, surnommé le poumon de la capitale équatorienne. Aménagé sur l’emplacement de l’ancien aéroport et inauguré il y a deux ans, ce vaste espace vert accueille les grands rassemblements comme les festivals de musique et les rencontres sportives. Mais la ville avait fini par entourer complètement l’ancien aéroport, qui a donc été fermé et converti en parc. Plus d’un million d’arbres ont été plantés. Les bâtiments ont été transformés en centre de conventions, tandis que l’ancienne piste d’atterrissage est devenue un lieu de détente.

C’est ce lieu qui a été choisi pour accueillir le million et demi de fidèles venus assister à la deuxième messe du voyage du Pape François en Amérique du Sud, après celle dédiée à la famille lundi à Guayaquil. Beaucoup ont passé la nuit sur place, bravant le froid et l'humidité. Le Saint-Père n’a pas oublié ce cadre au moment de prononcer son homélie : le parc du Bicentenaire fait référence aux deux cents ans de l’indépendance de l’Équateur vis-à-vis de l’Espagne. Cette volonté d’indépendance, selon François, était « un cri, né de la conscience de manque de libertés, la conscience d’être objet d’oppression et de pillages, "sujets aux convenances contingentes des puissants du moment" (Evangelii gaudium, n. 213) ». Comparant ce cri au « susurrement de Jésus lors de la dernière Cène », le Pape a souhaité que ces deux cris convergent vers le « beau défi de l’évangélisation », à laquelle la messe de ce mardi était dédiée et qui est le thème de son voyage en Amérique Latine. « Nous autres, ici réunis, tous ensemble autour de la table avec Jésus, nous sommes un cri, une clameur née de la conviction que sa présence nous incite à l’unité », une unité à vivre « pour que le monde croie » a-t-il répété à plusieurs moments de son homélie.

Ecoutez les explications de l'envoyé spécial de la rédaction de Radio Vatican à Quito, Olivier Bonnel :

« A ce cri de liberté lancé il y a un peu plus de 200 ans, il n’a manqué ni conviction ni force, a constaté François, revenant sur l’indépendance équatorienne, mais l’histoire nous relate qu’il a été indiscutable seulement quand il a laissé de côté les individualismes, la volonté de leadership uniques, le manque de compréhension d’autres processus de libération ayant des caractéristiques différentes mais pas pour autant antagoniques. Et l’évangélisation peut être le véhicule d’unité des aspirations, des sensibilités, des espoirs et même de certaines utopies » pour le Saint-Père, applaudi à de nombreuses reprises.

L'unité est un devoir pour les croyants

Dans ce monde « lacéré par les guerres et la violence », la division et la haine « sont la manifestation de cet “individualisme diffus” qui nous sépare et nous oppose (cf. Evangelii gaudium, n. 99), de la blessure du péché dans le cœur des personnes, dont la société et la création entière souffrent les conséquences. Précisément, à ce monde rebelle, avec ses égoïsmes, Jésus nous envoie, et notre réponse n’est pas de faire les distraits, d’arguer que nous n’avons pas les moyens ou que la réalité nous dépasse. Notre réponse répète le cri de Jésus et accepte la grâce ainsi que la tâche de l’unité » a insisté le Pape François.

« Le désir d’unité suppose la douce et réconfortante joie d’évangéliser, la conviction d’avoir un bien immense à communiquer et qu’en le communiquant, il s’enracine, a poursuivi le Souverain Pontife. D’où la nécessité de lutter pour l’inclusion à tous les niveaux, en évitant des égoïsmes, en promouvant la communication et le dialogue, en encourageant la collaboration. Il faut ouvrir le cœur au compagnon de route sans craintes, sans méfiances » et ne pas oublier que « la paix est artisanale » (Evangelii gaudium, n. 244). 

Unité ne veut pas dire uniformité

Mais attention à ne pas verser pour autant dans le prosélytisme avertit François, qui est « une caricature de l’évangélisation ». Il faut plutôt « attirer à travers notre témoignage ceux qui sont éloignés, à s’approcher humblement de ceux qui se sentent loin de Dieu et de l’Église, de ceux qui sont craintifs  ou de ceux qui sont indifférents pour leur dire : "Le Seigneur t’appelle toi aussi à faire partie de son peuple et il le fait avec grand respect et amour" (Evangelii gaudium, n.113) » le même respect qu’il nous porte, jusque dans nos péchés. L’évangélisation doit également tenir compte de toutes nos différences, le désir d’unité ne veut pas dire uniformité. Annoncer la nouvelle de l’Évangile avec joie nous fera « faire partie d’un "nous", qui deviendra un "nous" divin ».

« Qu’il serait beau que tous puissent admirer comment nous prenons soin les uns des autres, a souhaité François. Comment mutuellement nous nous encourageons et comment nous nous accompagnons. (...) Soyez des témoins d’une communion fraternelle qui devient resplendissante ! » a lancé le Pape aux fidèles, rappelant la dynamique nécessaire du don de soi dans cette action missionnaire. En se donnant soi-même, l’homme retrouve sa véritable identité de fils de Dieu, a rappelé François : « c’est cela évangéliser, c’est cela notre révolution – parce que notre foi est toujours révolutionnaire » a-t-il conclu. 

Quelques caractéristiques de cette messe en Équateur

A noter que cette messe avait des accents très indiens : la chasuble du Pape était tissée artisanalement avec des motifs indigènes, la seconde lecture a été lue en langue quechua, et plusieurs membres de minorités indiennes ont fait partie de ceux qui ont apporté les offrandes. Dans son homélie, le Pape a repris plusieurs passages de son exhortation apostolique Evangelii Gaudium, mais aussi des extraits du document d'Aparecida de 2007, que le cardinal Bergoglio avait lui-même rédigé, un document qui visait à redonner un nouvel élan missionnaire au continent latino-américain. Enfin, la structure métallique réalisée pour l'estrade où se tenait l'autel sera réutilisée et transformée en chapelle pour un quartier pauvre de Tumbaco, ville de la périphérie de Quito.

07/07/2015 18:25