Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

La Cour suprême décidera du sort d'Asia Bibi au Pakistan

Ashiq Masih, le mari d'Asia Bibi, à sa sortie de la Cour Suprême de Lahore ce mercredi matin. - AFP

22/07/2015 16:10

(RV) Au Pakistan, la peine de mort visant Asia Bibi emprisonnée depuis 5 ans, a été suspendue. La Cour suprême du Pakistan a accepté d'examiner l'appel de cette femme, chrétienne, mère de cinq enfants et condamnée à mort en 2010, puis en appel par la Haute Cour de Lahore, à la suite d’accusation de blasphème. Les précisions de Jean-Baptiste Cocagne

Saqib Nisar, le juge à la tête du trio de magistrats de la Cour suprême chargé de l'affaire, a accepté la demande de l’avocat d'Asia Bibi. Maître Saiful Malook, de religion musulmane, l’a confirmé ce mercredi matin à l’issue d’une audience qui s’est déroulée dans un climat serein. Aucun responsable religieux islamique ni musulman extrémiste était dans la salle. La Cour Suprême va donc réexaminer le cas d’Asia Bibi, mais cette fois en tenant compte des questions soulevées par la défense. Aucune date d’audience n’a été fixée pour le moment, mais la peine capitale à l'encontre d'Asia Bibi est suspendue.

« Ce qui a été fait aujourd’hui constitue un pas en avant important. Nous sommes très satisfaits. Maintenant, c’est le moment de prier ensemble le Seigneur afin qu’Il touche les cœurs de ceux qui sont impliqués dans ce cas, y compris les juges, et de prier afin que la justice soit rendue et qu’Asia soit libérée ». a affirmé à l'agence Fides Joseph Nadeem, le responsable de la Renaissance Education Foundation qui assiste la famille et pourvoit aux dépenses légales. « Prions pour qu’Asia soit toujours remplie de la grâce de l’Esprit Saint et prions pour sa libération » a-t-il poursuivi.

En avril dernier, le Pape François avait déclaré prié pour la jeune femme et pour tous les chrétiens qui souffrent. Il avait rencontré sa famille, son mari, l’une de ses filles et son avocat, au terme d’une audience générale. Le mois dernier la Conférence des Évêques de France exprimait, elle, son inquiétude face à la dégradation de l’état de santé d’Asia Bibi. Ils s’alarmaient que les soins médicaux auxquels tout être humain à droit ne lui soient pas prodigués.

22/07/2015 16:10