Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Le Pape préoccupé par la violence accrue au Salvador

Angélus - REUTERS

09/08/2015 13:36

(RV) Le Pape François a profité de l'angélus place Saint-Pierre ce dimanche midi pour exprimer sa « vive préoccupation » concernant le Salvador, « où les problèmes dont souffre la population à cause de la sécheresse, de la crise économique, des inégalités sociales criantes et de la violence grandissante, se sont aggravés ces derniers temps ». Le Pape encourage ainsi les Salvadoriens « à persévérer unis dans l’espérance » et les exhorte afin que « sur la terre du bienheureux Oscar Romero refleurissent la justice et la paix ».

Cela fait plusieurs jours que les habitants du Salvador n’osent plus prendre les transports en commun. Les maras, ces groupes criminels à l’œuvre en Amérique latine qui ont la mainmise sur le pays, y sèment la terreur. Les guerres de territoire entre les gangs embrasent le pays qui est devenu un des plus violents d’Amérique centrale. Le record des homicides depuis la fin de la guerre civile en 1992 vient d’être battu : 635 en seulement un mois, soit une moyenne de 20 morts par jour. Le taux des victimes est actuellement de 61 personnes pour 100 000 habitants : chauffeurs, policiers, soldats, travailleurs… personne n’est à l’abri. L’Eglise locale a multiplié les appels à la prière et à l’arrêt des violences. Un quotidien qu'explique à Sesto Chouffot sœur Maryse Duté, petite sœur de l’évangile, qui vit au Salvador depuis 12 ans.

Auparavant, le Pape François est revenu sur l’Evangile de ce dimanche, où « Jésus part de l’expérience de la faim et du signe du pain pour révéler lui-même et inviter à croire en lui »« Cela nous surprend et nous fait réfléchir cette parole du Seigneur » constate le Pape, citant l’Evangile de Jean : « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. »

Le Pape explique que cette parole nous « introduit dans la dynamique de la foi qui une relation entre la personne humaine et la personne de Jésus. » Il souligne aussi qu’il ne suffit pas « de rencontrer Jésus pour croire en lui, de lire la Bible, l’Evangile, il ne suffit pas non plus d’assister à un miracle ». Et de constater que « tant de personnes ont été au contact étroit avec Jésus et ne l’ont pas cru, au contraire, ils l’ont méprisé et condamné ». Une seule explication est possible : « Leur cœur était fermé à l’action de l’Esprit de Dieu ». Et « c’est à nous d’ouvrir notre cœur ou à le fermer ».

« La foi, qui est comme une semence au plus profond du cœur, éclot quand nous nous laissons “attirer” par le Père vers Jésus ». Une fois reçu « ce don, ce cadeau », nous pouvons comprendre le sens du « pain de vie » que Jésus nous donne. « En Jésus, dans sa “chaire”, c’est-à-dire dans son humanité concrète, est présent tout l’amour de Dieu qui est l’Esprit Saint. Qui se laisse attirer par cet amour va vers Jésus avec foi, et reçoit par Lui la vite éternelle »

La Vierge de Nazareth a vécu cette expérience de manière exemplaire. Et le Pape François a invité les fidèles à apprendre de Marie la joie et la gratitude pour le don de la foi, un don qui n’est pas privé mais qui doit être partagé. 

09/08/2015 13:36