Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

L'accueil des migrants, un défi pour les Églises de toute l'Europe

Des femmes réfugiées en prière dans une chapelle improvisée dans la "jungle" de Calais - AFP

06/09/2015 18:47

(RV) Entretien - Le Pape François a lancé dimanche un vibrant appel pour la prise en charge de réfugiés par toutes les communautés paroissiales en Europe. Le père Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, a insisté sur le fait que le Pape voulait bien impliquer l'Europe entière dans cette démarche, et non seulement certains lieux spécifiques. Il souhaite que « la communauté catholique se fasse animatrice de l'accueil dans une logique de solidarité concrète vécue à l'échelle continentale. »

« Cet appel à une réponse créative et généreuse, qui nait dans le cœur du Pape dans le contexte de la préparation au Jubilé de la Miséricorde qui doit être vécu à travers les œuvres, et ne se réfère pas à un plan opérationnel ou organisationnel prédéfini », a précisé le père Lombardi, qui pour éviter tout malentendu, a rappelé que « quand le Pape parle des paroisses, il parle des communautés paroissiales, insérées dans leurs territoire, et non seulement des curés avec leurs maisons "canoniques" : les communautés paroissiales pourront trouver dans des formules diverses les voies adaptées pour réaliser cet accueil. » 

Par ailleurs, quand il parle des communautés religieuses, il faut penser aux paroles fortes déjà utilisées par le Pape François lors de sa visite au centre Astalli de Rome, un espace géré par le JRS (Jesuit Refugee Service), le 10 septembre 2013. « Le Seigneur appelle à vivre avec plus de courage et de générosité l'accueil dans les communautés, dans les maisons, dans les couvents vides... Chers religieux et religieuses, les couvents vides ne servent pas à l'Église pour les transformer en hôtels et en tirer des bénéfices. Les couvents vides ne sont pas à nous, ils appartiennent à la chair du Christ que sont les réfugiés. Certes ce n'est pas quelque chose de simple, il faut des critères, de la responsabilité, mais aussi du courage. Nous faisons beaucoup, peut-être sommes-nous appelés à faire plus, en accueillant et en partageant avec décision ce que la Providence nous a donnés pour servir », avait alors déclaré le Pape François.

En ce qui concerne les deux paroisses du Vatican évoquées par le Pape François, il s'agit de la paroisse Sainte-Anne et de la basilique Saint-Pierre, « qui sont deux réalités diverses l'une de l'autre et trouveront donc chacune leur propre mode pour répondre à l'appel du Pape », a précisé le père Lombardi.

Interrogé par nos confrères du service italien de Radio Vatican, le cardinal Angelo Bagnasco, président de la conférence épiscopale italienne, a déclaré que l’Eglise italienne était prête à se mobiliser pour répondre à ce appel.

De nombreuses paroisses sont déjà mobilisées depuis longtemps, notamment en France, pour l’accueil de réfugiés venant de pays en guerre.

C’est le cas dans le diocèse d'Autun-Chalon-Mâcon, où aura lieu le 4 octobre prochain, comme chaque année, un grand rassemblement de la solidarité. Mgr Benoît Rivière, l’évêque d’Autun, réagit à l’appel du Pape et évoque les initiatives qui existent dans son diocèse. Il est interrogé par Hélène Destombes.

 

 

 

06/09/2015 18:47