Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Angélus: la «logique mondaine» s'oppose à la «logique évangélique»

Le Pape François lors de la prière de l'Angélus, dimanche 22 novembre 2015 - ANSA

22/11/2015 12:47

(RV) Avant la prière de l’Angélus place Saint-Pierre, dimanche 22 novembre 2015, le Pape François a dénoncé la «logique mondaine» qui «repose sur l’ambition et sur la compétition», qui «combat avec les armes de la peur, du chantage et de la manipulation des consciences». Cette logique s’oppose à celle «évangélique, celle de Jésus», qui au contraire «s’exprime humblement et gratuitement, s’affirme silencieusement mais efficacement avec la force de la vérité».

«Les royaumes de ce monde parfois se tiennent sur des abus, des rivalités, des oppressions, condamne encore le Souverain Pontife. Le règne du Christ est un règne de justice, d’amour et de paix». Le Saint-Père s’appuie sur l’Évangile du jour, lorsque Jésus se présente devant Pilate comme roi d’un règne qui «n’est pas de ce monde». Se trouve ici la contradiction de deux logiques: «cela ne signifie pas que le Christ soit le roi “d’un autre monde” mais roi “d’une autre façon”», explique le Pape.

«Si Jésus était descendu de la croix, il aurait cédé à la tentation du prince de ce monde, explique François. Il ne peut se sauver soi-même justement pour sauver les autres, pour pouvoir sauver chacun d’entre nous de nos péchés». Car «qui regarde la Croix du Christ ne peut pas ne pas voir la surprenante gratuité de l’amour, poursuit-il. Dans l’échec de la croix se voit l’amour. Parler de puissance et de force, pour le chrétien, signifie faire référence à la puissance de la Croix et à la force de l’amour de Jésus: un amour qui reste solide et intègre, même face au refus, et qui apparaît comme l’accomplissement d’une vie vécue dans le don total de soi en faveur de l’humanité».

Tout cela, l’un des «malfaiteurs» crucifié près de Jésus le comprend. Et supplie: «Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras dans ton Royaume.» «La force du règne de Jésus est l’amour, explique encore le Pontife: pour cette raison, la royauté de Jésus ne nous opprime pas, mais nous libère de nos faiblesses et misères, nous encourageant à parcourir les routes du bien, de la réconciliation et du pardon. Le Christ est un roi qui ne nous domine pas, qui ne nous traite pas comme des sujets, mais nous élève à sa même dignité. Il nous fait régner avec lui car, comme le dit le Livre de l’Apocalypse, il “a fait de nous un royaume et des prêtres pour son Dieu et Père”. Mais régner avec Lui signifie servir Dieu et les frères; un service provoqué par l’amour. Servir par amour, c’est régner: cela est la royauté de Jésus.»

Avant de prendre congé des fidèles, le Pape François leur a rappelé son départ pour le Kenya, l’Ouganda et la Centrafrique, dès mercredi. Il leur a demandé «de prier pour ce voyage, afin qu’il soit pour tous ces chers frères et [lui] un signe de proximité et d’amour». Il a ensuite prier la Sainte Vierge Marie pour qu’elle bénisse «ses chères terres pour qu’il y ait là-bas paix et prospérité». (AG)

22/11/2015 12:47