Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

L'interpellation vigoureuse du Pape François aux prêtres et religieux kenyans

Les prêtres participant, ce jeudi 26 novembre, à la messe du Pape François à Nairobi - AFP

26/11/2015 17:03

(RV) Le Pape François, en début d’après-midi ce jeudi 25 novembre, est allé à la rencontre du clergé, des religieux, religieuses et des séminaristes kenyans. Tous étaient rassemblés sur le terrain de sport de la St Mary’s School, une école de l’archidiocèse de Nairobi où avait été dressé un grand chapiteau. Le Pape s’est tout d’abord exprimé en anglais, «un anglais très pauvre», a-t-il reconnu en s’excusant, avant d’improviser dans sa langue maternelle : l’espagnol. 

Le compte rendu d'Olivier Bonnel

C’est un discours vigoureux, qui interpelle, mais aussi qui encourage avec bienveillance, que le Pape a souhaité délivrer devant le clergé kenyan. Le Saint-Père a indiqué que «dans la prêtrise ou la vie consacrée il faut entrer par la porte, et la porte c’est le Christ». «Ne vous éloignez jamais de Jésus», a-t-il déclaré, insistant sur l’importance de la prière. «N’arrêtez jamais de prier, n’abandonnez pas la prière». «Si un religieux, un prêtre abandonne la prière son âme devient sèche, il a une mauvaise âme», a souligné le Pape, rappelant que «se consacrer à Dieu c’est servir et non pas se servir ».

Dans ce discours, totalement improvisé, le Saint-Père a une nouvelle fois mis en garde contre la tentation de vouloir suivre le Christ par ambition, par intérêt de pouvoir ou d’argent, et il a rappelé que «l’Eglise n’est pas une entreprise, une ONG mais un mystère, celui du regard de Jésus qui invite à le suivre ». Mais, a-t-il fait observer en interpellant son auditoire, nous sommes tous des pêcheurs, quand Jésus nous appelle, il ne nous canonise pas».

Le Pape a ensuite évoqué les drames de ce monde, invitant les religieux à «savoir pleurer : devant ceux qui sont rejetés, les personnes âgées abandonnées, les enfants assassinés, pour toutes les choses que nous ne comprenons pas. Il y a dans la vie des situations où l'on ne peut que pleurer, a-t-il dit, et regarder Jésus sur la croix». François a enfin conclu sur une note d’humour : «je vous donne du fil à retordre» a affirmé le Saint-Père, le sourire aux lèvres, «et je suis très impoli, je vous ai sermonnés, mais je ne vous ai même pas dit merci : merci alors, pour tout ce que vous faites, à la suite de Jésus.» 

(CV-OB-HD)

26/11/2015 17:03