Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Le Pape François a apporté consolation et espérance à la jeunesse ougandaise

Le Pape François à son arrivée à la rencontre avec les jeunes Ougandais. - AP

28/11/2015 15:28

(RV) Dans l'après-midi de ce samedi 28 novembre, le Pape François a rencontré plusieurs milliers de jeunes Ougandais, sur l'aérodrome de Air Kololo Strip. Dans un premier temps, il a écouté le récit de deux jeunes qui ont témoigné des ravages du Sida et de la présence de milices qui tuent et enrôlent des enfants et des adolescents.

Winnie Nansumba, une jeune femme de 24 ans atteinte de Sida, qui a perdu ses parents à l’âge de 7 ans, a tout d’abord pris la parole. «Chers jeunes, a-t-elle déclaré, vos corps sont le temple de Dieu, il faut en prendre soin». «Travaillons ensemble pour adopter de nouvelles pratiques, de nouveaux comportements pour participer à la lutte contre le virus du Sida».

Autre témoignage : celui d’un jeune homme, Emmanuel Odokonyero qui, en 2003, a été enlevé dans son école par des hommes de la LRA, l’Armée de résistance du Seigneur. Il a été torturé, a vu ses compagnons torturés, assassinés avant de parvenir à s’échapper. Il a appelé à prier pour «tous ceux qui sont encore retenus en otage» et a dit avoir «pardonné à ses bourreaux». «Chers jeunes, parmi toutes les tentations et défis, continuons à avoir confiance en notre Seigneur».

Le Pape, en espagnol, dans un discours totalement improvisé, a dit avoir écouté ces deux témoignages «avec beaucoup de souffrance» mais c’est un message d’espérance qu’il a adressé à tous les jeunes, en rappelant qu’il y a toujours un horizon.

Transformer la haine en amour, la guerre en paix, le négatif en positif, avec la grâce de Jésus, c’est l’appel lancé par le Pape François à tous les jeunes Ougandais, un peuple de martyrs. «Il y a du sang de martyrs qui coule dans vos veines», a-t-il indiqué, insistant sur la nécessité de vivre la foi de façon très forte. «Quand tout ne va pas très bien, nous devons nous tourner vers Jésus qui peut changer la vie, détruire tous les murs que nous avons devant nous».

Et le Pape a cité l’exemple de Winnie, la jeune fille qui venait de témoigner, qui «pensait qu’il n’y avait pas de futur, que la vie était comme un mur dressé devant elle». Mais Jésus, lui a fait comprendre que «dans la vie il peut y avoir des miracles, un mur peur se transformer en horizon qui ouvre vers le futur». «Il y a toujours la possibilité d’ouvrir un horizon avec le pouvoir de Jésus». «Transformer le désespoir, l’amertume en espérance ce n’est pas de la magie», a insisté le Saint-Père, «c’est l’œuvre de Jésus qui a fait l’expérience la plus négative de l’Histoire, mais par le pouvoir de Dieu il est ressuscité».

Le Saint-Père a ensuite évoqué le courage d’Emmanuel. «Il a fait confiance en Jésus et il s’est échappé, et aujourd’hui il est avec nous». «Si je peux transformer le négatif en positif, je suis victorieux, mais cela, précise le Pape François, ne peut se faire qu’avec la grâce de Jésus». «Si tu veux changer ta vie demande de l’aide à Jésus : ça s’appelle la prière». Et le Pape a conclu en invitant les jeunes à lutter contre le mal en ayant Jésus à leurs côtés, et à prier la Vierge Marie.

(CV-HD)

 

28/11/2015 15:28