Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Célébrations liturgiques

Le Pape François a présidé les vêpres d'action de grâce pour 2015

Le Pape au pupitre lors de l'homélie des vêpres du 31 décembre 2015. - ANSA

31/12/2015 17:55

(RV) Quelques heures avant la fin de l’année 2015, le Pape François a présidé dans la basilique Saint-Pierre, les Vêpres de la Solennité de Marie Mère de Dieu suivi du Te Deum d’action de grâce de fin d’année. «Un chant de remerciement» entonné à l’unisson par les fidèles en prière, «aidés par les anges, les prophètes et toute la Création pour louer le Seigneur» et reconnaitre «la présence pleine d’amour de Dieu dans les événements qui ont fait notre histoire».

Alors qu’une année marquée par de nombreux signes de violences s’achève, le Pape est en effet confiant. Il a rappelé que «le bien triomphe toujours, même s’il arrive par moment qu’il paraisse caché ou affaibli»

Cyprien Viet

En cette année jubilaire, la compagnie de la miséricorde est une lumière pour comprendre mieux ce que nous avons vécu, mais aussi l’espérance qui nous accompagne au début de l’année nouvelle. Alors que 2015 s’achève, nous pouvons nous remémorer les moments passés, de joie ou de douleur, ou alors, poursuit François, nous pouvons chercher à comprendre si nous avons perçu la présence de Dieu qui renouvelle tout et qui soutient de son aide. «Nous sommes appelés à vérifier si les événements du monde se sont accomplis selon la volonté de Dieu, ou si nous avons d’abord écouté les projets des hommes, souvent motivés par des intérêts privés, d’une soif insatiable de pouvoir et de violence gratuite.»

«Aujourd’hui, nos yeux ont besoin de se focaliser de manière particulière sur les signes que Dieu nous a concédé, pour toucher de nos mains la force de son amour miséricordieux». «Il est impossible, affirme François, d’oublier combien de journées ont été marquées par la violence, par la mort, par la souffrance indicible de tant d’innocents, de réfugiés contraints à laisser leur patrie, d’hommes, de femmes et d’enfants sans domicile fixe, sans nourriture ou subsistance. Et néanmoins, s’exclame le Pape, combien de grands gestes de bonté, d’amour et de solidarité ont rempli les journées de cette année 2015, sans faire la une des journaux télévisés. «Ces signes d’amour ne peuvent pas être obscurcis par l’arrogance du mal. Le bien triomphe, même s’il arrive par moment qu’il paraisse caché ou affaibli.»

Enfin l’évêque de Rome, une ville qui n’est pas étrangère aux événements du monde, invite chaque Romain à dépasser les difficultés du moment présent et à s’efforcer de retrouver les valeurs fondamentales que sont le service, l’honnêteté et la solidarité pour dépasser les incertitudes qui ont prévalu cette année et qui sont «le symptôme d’un faible sens de dévotion au bien commun».

Le Pape prie pour que jamais ne fasse défaut l’apport positif du témoignage chrétien pour que Rome soit l’interprète privilégié de la foi, de l’accueil, de la fraternité et de la paix.

À l’issue de la célébration, le Pape s’est rendu place Saint-Pierre pour admirer la crèche, réalisée par des artistes de la région italienne de Trente. Les 18 statues grandeur nature seront exposées jusqu’au 4 février. L’an prochain, la crèche vaticane et ses santons seront offert par l’ile de Malte.

(CV-MD)

31/12/2015 17:55