Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Burkina Faso : gendarmes et militaires appelés à la sainteté

Célébration de la Sainte Geneviève le 03 janvier 2016 à Ouagadougou - RV

08/01/2016 18:43

(RV) C’est le 18 mai 1962 que la Pape saint Jean XXIII a attribué Sainte Geneviève à la gendarmerie nationale de France, comme sainte patronne. Cette gardienne de Paris, qui défendit la cité contre les Huns et qui sut maintenir l’ordre à l’intérieur de la capitale, devient ainsi la patronne des gendarmes du monde entier. Elle a été célébrée par la gendarmerie du Burkina Faso le dimanche 3 janvier, alors que l’Eglise fêtait la solennité de l’Epiphanie du Seigneur.

La fête de sainte Geneviève 2016, patronne de la gendarmerie restera gravée dans les annales de la gendarmerie nationale du camp Paspanga à Ouagadougou. Pour la première fois selon les propos du chef d’Etat-major de la gendarmerie, « nous célébrons ici dans le camp notre fête patronale au cours d’une messe célébrée par un Cardinal, prince de l’Eglise ». A leur invitation en effet, le Cardinal Philippe Ouédraogo, Archevêque de Ouagadougou, a présidé la messe de la solennité de l’épiphanie, dans la Salle Zongo Norbert (un gendarme mort en mission) en présence du chef d’Etat-major général des armées, d’autres dignitaires de l’armée, des habitants du camp Paspanga et des fidèles venus du quartier abritant le camp.

Ce fils d’ancien combattant tirailleur Sénégalais s’adressant aux gendarmes dans son homélie, leur a rappelé qu’ils sont tous appelés à la sainteté comme tous les autres baptisés. La jeunesse du cœur de sainte Geneviève, la perspicacité de son intelligence, sa finesse d’esprit au cœur des luttes de son temps, ont été proposées aux gendarmes comme des phares dans les missions qui sont les leurs dans un pays à peine sortie d’une crise socio politique. « Je vous invite, leur a lancé le cardinal Ouédraogo, à vous engager tous à œuvrer pour la paix ». Selon lui, chaque fin d’année donne l’occasion d’observer des pauses et de dresser des bilans. Et dans le contexte particulier d’une année de transition qui s’est conclue positivement, l’action de grâce que chantent les gendarmes, alors qu’ils célèbrent leur sainte patronne, est plus que légitime. Le cardinal n’a donc pas manquer l’occasion de saluer, à travers eux, le sens civique et l’amour de la patrie, exercés par l’armée en général, pour préserver la paix, ce « don de Dieu mais aussi le fruit des  efforts des hommes ». Rappelant comme à son habitude la neutralité de l’Eglise dans la sphère politique, l’Archevêque de Ouagadougou a présenté l’Eglise dans son abnégation pour rester toujours cette communauté servante des pauvres et en perpétuelle quête du bien de tous les hommes et femmes, sans exclusion. Prenant appui sur le message du Saint-Père pour la journée mondiale de la paix 2016, le Cardinal Ouédraogo a souhaité que les gendarmes comme tous les autres fils et filles de l’Eglise, soient « des hommes et des femmes qui aiment faire la paix » et ce « dans tous les milieux où ils sont appelés à vivre ». Pour ce faire donc, la lecture intégrale de l’évangile de saint Luc qu’il a proposée à tous les chrétiens intéressera bien les gendarmes, qui ont souhaité que la célébration de la sainte Geneviève par l’ordinaire du lieu, devienne une pratique instituée. (KS)

08/01/2016 18:43