Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Nouveau plaidoyer pour la paix au Moyen-Orient du cardinal Raï

Le cardinal Béchara Rai a lancé dimanche 10 janvier 2016 un nouveau plaidoyer en faveur de la paix au Moyen-Orient - EPA

12/01/2016 16:58

(RV) Au Liban, le patriarche maronite a prononcé dimanche 10 janvier 2016 un nouveau plaidoyer pour la paix et pour une conscience politique vive. Le cardinal Béchara Rai a exhorté les gouvernants du Moyen-Orient et la communauté internationale à mettre fin à la guerre et à ses dévastations en Palestine et en Irak, en Syrie et au Yémen, en Arabie saoudite, en Egypte ou en Libye.

Halte aux destructions programmées au service d’intérêts économiques, politiques et stratégiques, a-t-il lancé. Le patriarche a dénoncé en particulier la situation à Madaya, ville syrienne proche de la frontière libanaise, encerclée par l’armée syrienne et le Hezbollah libanais, où la population civile est utilisée comme bouclier humain, massacrée par le fer et la faim.

La communauté internationale, a-t-il encore martelé, ne doit pas renoncer à imposer un cessez-le-feu et à trouver des solutions politiques conduisant une paix juste, globale et durable dans la région tout entière.

Le cardinal Rai s’est par ailleurs adressé aux membres chrétiens de la communauté politique libanaise afin qu’ils accomplissent leur devoirs essentiels, à commencer par l’élection d’un nouveau président de la République. Dans l’exercice de leurs charges temporelles, les chrétiens ne peuvent pas mettre de côté ou renier l’enseignement de l’Évangile, a-t-il averti.

Avec ses dix-huit communautés religieuses, le Liban est souvent donné comme modèle du vivre-ensemble. Le pape Jean-Paul II affirmait que le pays du Cèdre est un message. Depuis l’indépendance en 1943, le système politique est basé sur une répartition des hautes fonctions de l’État entre les principales communautés religieuses: le président de la République est toujours un chrétien maronite. Or ce poste est vacant alors que la crise syrienne aggrave l’instabilité du pays (AG-RF, avec L’Orient-Le Jour)

12/01/2016 16:58