Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Science et Ethique

France : le Parlement adopte la loi sur la fin de vie

L'hémicycle de l'Assemblée Nationale. - EPA

28/01/2016 19:52

(RV) En France, un nouveau texte de loi sur la fin de vie a été adopté par le Parlement mercredi soir, après plus de trois ans de débats et plusieurs allers-retours entre l’Assemblée nationale et le Sénat. L’objectif était de compléter et d’améliorer la loi Leonetti élaborée il y a dix ans. François Hollande s’était engagé, dans ses promesses de campagne, à créer un droit à une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité. La nouvelle loi n’ouvre pas la porte à l’euthanasie ni au suicide assisté, mais accorde à toute personne atteinte d’une maladie incurable et dont la souffrance est insupportable un nouveau droit : celui de demander à être endormi pour mourir ensuite dans le sommeil.

La sédation profonde, continue et irréversible jusqu’au décès, devient un droit pour tout malade en fin de vie. Par ailleurs, la nouvelle loi permet l’arrêt de l’hydratation et de la nutrition des patients en phase terminale. Les directives anticipées, par lesquelles toute personne majeure pourra stipuler son refus d’un acharnement thérapeutique deviennent contraignantes pour le médecin.

Dans des textes rendus publics en janvier puis en octobre dernier, le groupe de travail mis en place par les évêques de France avait regretté que la société n’ait pas encore appris à vivre avec les personnes d’extrême fragilité ou en fin de vie. Le groupe insistait notamment sur la nécessité de développer les soins palliatifs, et exprimait plusieurs réserves à l’égard de la nouvelle loi, en particulier quant à l’arrêt de la nutrition et de l’hydratation artificielle. 

(CV-RF)

28/01/2016 19:52