Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

«L’Europe risque de perdre son esprit humaniste»

Le Pape François avec les membres de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, vendredi 29 janvier 2016 - OSS_ROM

29/01/2016 13:05

(RV) Le Pape François a reçu vendredi 29 janvier 2016 les membres de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, réunis en assemblée plénière. L’occasion de leur rendre hommage pour leur travail au service de l’Église. Le Souverain Pontife a fait part de son souhait, en cette année jubilaire, que tous les membres de l’Église puissent renouveler leur foi en Jésus Christ, visage miséricordieux du Père.

Cette miséricorde constitue la clé de voute qui soutient la vie de l’Église: la première vérité de l’Église est en effet l’amour du Christ.

Le Saint-Père a rappelé qu’au soir de notre vie nous serons jugés sur l’amour, sur les œuvres de miséricorde qui regardent le corps comme l’Esprit. Ainsi, nous serons interrogés sur le fait de savoir si nous avons donné à manger et à boire à ceux qui en ont besoin, mais il nous sera également demandé si nous avons aidé les autres à sortir du doute, si nous avons accueillis les pécheurs, si nous avons été capable de combattre l’ignorance, surtout celle qui regarde la foi chrétienne et la vie bonne.

À travers la foi comme la charité, a poursuivi le Pontife, se donne une relation unifiante avec le mystère de l’amour qui est Dieu lui-même. En demeurant en Dieu lui-même, la miséricorde effective de Dieu est devenu, en Jésus, la miséricorde affective, en s’incarnant pour le salut de tous les hommes. La tâche qui est confiée à votre dicastère, a expliqué François, trouve ici son fondement ultime et sa justification adéquate. La foi chrétienne n’est en effet pas seulement connaissance à conserver dans la mémoire, mais vérité à vivre dans l’amour.

Lutte conre les abus sexuels

Ainsi, parallèlement à la doctrine de la foi, il est important aussi de prendre soin de l’intégrité des coutumes, en particulier dans les moments les plus délicats de la vie. L’adhésion de foi à la personne du Christ implique aussi bien l’acte de la raison que la réponse morale au don qu’il nous fait. Dans cette perspective, je vous remercie pour l’engagement et la responsabilité que vous exercez dans le traitement des cas d’abus sur les mineurs, commis par des prêtres.

Le soin de l’intégrité de la foi et des coutumes est une tâche délicate, a encore expliqué le Pape. Un engagement collégial est important pour bien développer une telle mission. François a ainsi rendu hommage pour le travail précieux et humble des consulteurs et des commissaires valorisé par la congrégation.

Cultiver la synodalité

Il faut promouvoir, à tous les niveaux de la vie ecclésiale, la juste synodalité, a expliqué François, qui a rappelé la réunion en 2015 de la Congrégation avec les représentants des commissions doctrinales des conférences épiscopales d’Europe. De cette manière, vous contribuez à susciter chez les fidèles un nouvel élan missionnaire et une plus grande ouverture à la dimension transcendante de la vie, sans laquelle l’Europe risque de perdre son esprit humaniste. Je vous invite donc à poursuivre et intensifier cette collaboration avec de tels organes consultatifs qui aident les conférences épiscopales et les évêques dans leur sollicitude pour la saine doctrine, dans une époque marquée par les changements rapides.

Le Pape est enfin revenu sur un autre apport de la Congrégation au renouveau de la vie ecclésial qui est l’étude de la complémentarité entre les dons hiérarchiques et charismatiques. Ces dons sont appelés à collaborer en synergie pour le bien de l’Église et du monde. Témoigner de cette complémentarité est urgent et représente de façon éloquente l’aspect multiforme du tissu ecclésial. Cette relation entre dons hiérarchiques et charismatiques a une racine trinitaire, dans le lien entre le Logos divin incarné et l’Esprit Saint, qui est toujours don du Père et du Fils. Cette racine, si elle est reconnue et accueillie avec humilité permet à l’Église de se renouveler en tout temps.

L’unité et cet aspect multiforme sont le sceau d’une Église qui sait cheminer d’un pas sûr et fidèle vers le Seigneur Ressuscité. Le Pape a conclu en souhaitant que la communion soit toujours plus profonde au service de la vie et de la mission du Peuple de Dieu. (AG-OB)

29/01/2016 13:05