Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Le Patriarche Cyrille et le Pape François se rencontreront à Cuba le 12 février

Le Pape embrasse une icône lors de sa rencontre au Vatican le 15 juin 2015 avec le métropolite Hilarion, responsable des relations extérieures du Patriarcat de Moscou. - REUTERS

05/02/2016 11:43

(RV) Cuba accueillera le 12 février 2016 un évènement historique dans l’histoire du christianisme : le Pape François, qui fera escale à La Havane sur le chemin du Mexique, va y rencontrer le patriarche de Moscou, chef de l’Église orthodoxe russe. Il s'agit d'une étape importante, et de l'accomplissement d'une volonté déjà exprimée par les prédécesseurs du Pape François, Jean-Paul II et Benoît XVI.

Voici le communiqué diffusé ce vendredi midi par le Saint-Siège et le Patriarcat de Moscou :

«Le Saint-Siège et le Patriarcat de Moscou ont la joie d’annoncer que, par la grâce de Dieu, Sa Sainteté le Pape François et Sa Sainteté le Patriarche Cyrille de Moscou et de toute la Russie, se rencontreront le 12 février 2016. Leur rencontre aura lieu à Cuba, où le Pape fera escale avant son voyage au Mexique, et où le Patriarche Cyrille sera en visite officielle. Elle comprendra un entretien personnel à l’aéroport international José Marti de La Havane, et se conclura avec la signature d’une déclaration commune.

Cette rencontre des Primats de l’Église catholique et de l’Église orthodoxe russe, préparée depuis longtemps, sera la première dans l’histoire et marquera une étape importante dans les relations entre les deux Églises. Le Saint-Siège et le Patriarcat de Moscou souhaitent que cela soit aussi un signe d’espérance pour tous les hommes de bonne volonté. Ils invitent tous les chrétiens à prier avec ferveur pour que Dieu bénisse cette rencontre, et qu'elle porte de bons fruits.»

Le père Federico Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, a précisé que l'entretien durerait environ deux heures. Le Pape François et le Patriarche Cyrille prendront brièvement la parole après la signature de la déclaration commune. Seront également présents, pour l'Église catholique, le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour l'Unité des chrétiens, et pour l'Église orthodoxe russe, le métropolite Hilarion, responsable des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, que le Pape François a déjà reçu plusieurs fois au Vatican. 

Après l'annonce de sa participation à une célébration le 31 octobre en Suède dans le cadre du cinquième centenaire de la Réforme de Martin Luther, l'annonce de la rencontre du Pape François avec le patriarche russe confirme sa volonté d'accélérer la réconciliation entre chrétiens, Si le patriarcat de Constantinople bénéficie de la primauté d’honneur, numériquement le patriarcat de Moscou représente les 2/3 de l’orthodoxie mondiale. L'Église orthodoxe russe compte en effet 130 millions de fidèles, pour 1,2 milliard de catholiques. L'Église orthodoxe a connu un rebond important en Russie depuis l'effondrement du système soviétique, avec la fondation ou la refondation de milliers de paroisses et de monastères. Mais l'indifférence et l'athéisme de facto restent des réalités très ancrées dans la mentalité d'une grande partie de la population russe.

Des ponts déjà établis entre Moscou et Rome

Interrogé par la télévision russe, le métropolite Hilarion a déclaré que l'engagement commun des deux Églises dans la lutte contre les persécutions anti-chrétiennes en Orient rendait cette rencontre nécessaire, même si des désaccords persistent sur d'autres sujets, notamment concernant l'Ukraine. Le métropolite Hilarion est venu plusieurs fois au Vatican, notamment dans le cadre des Synodes sur la Famille de 2014 et 2015, auxquels il avait participé en tant que "délégué fraternel".

Il faut aussi remarquer que son prédécesseur à cette responsabilités des relations extérieures du Patriarcat de Moscou, au temps du Patriarche Alexis II (1990-2008), n'était autre que Cyrille lui-même, qui avait alors noué des relations très suivies avec le Vatican, et notamment avec Benoît XVI qu'il a rencontré a plusieurs reprises avant son élection comme Patriarche en janvier 2009.

Cette rencontre du 12 février 2016 «n’est pas improvisée», a assuré le père Lombardi, confiant que cette possibilité est étudiée depuis deux ans. Il a évoqué la «circonstance favorable» des voyages programmés en même temps par le Pape et le Patriarche dans la même région latino-américaine, permettent d'envisager cette rencontre dans un lieu neutre, hors de l'Europe. Le Patriarche Cyrille sera en effet alors en visite à Cuba, une île qui compte une présence orthodoxe liée notamment à la diaspora russe présente dans ce pays autrefois allié de l'URSS.

Le président Raul Castro, qui se retrouve d'une façon inattendue hôte d'une rencontre majeure dans l'histoire de la chrétienté, accueillera le Pape François à sa descente d'avion sur le tarmac de l'aéroport, et s'entretiendra brièvement avec le souverain pontife. Il s'agira donc de la deuxième visite du Pape à Cuba, après celle effectuée du 19 au 22 septembre 2015. Mais cette fois-ci, elle ne durera qu'un peu plus de trois heures, et le Pape ne devrait pas avoir de contact avec les catholiques de l'île, même si le cardinal Ortega, archevêque de La Havane, et le nonce apostolique, Mgr Giorgio Lingua, seront présents sur le tarmac de l'aéroport pour l'accueillir.

Ce vendredi 12 février, le départ de l'avion papal depuis Rome sera donc avancé à 7h45 du matin, au lieu de 12h30. Malgré cette escale cubaine, le voyage du Pape au Mexique garde son programme inchangé.

(CV)

 

 

05/02/2016 11:43