Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Les pensionnaires de l'hôpital pédiatrique Federico Gomez attendent le Pape

Une salle de l'hôpital pédiatrique Federico Gomez. - RV

13/02/2016 19:06

(RV) Reportage – Ce sera sans aucun doute un des moments les plus émouvants du voyage du Pape François au Mexique : la visite dimanche 14 février 2016 à l’hôpital pédiatrique Federico Gomez. Le Pape y rencontrera des dizaines d’enfants hospitalisés dans cette structure incontournable au Mexique. Fondé en 1943, c’est le premier établissement consacré aux enfants fondé dans le pays. Public, il a la particularité d’accueillir les enfants des familles les plus pauvres du pays, celles qui ne bénéficient d’aucune protection sociale. C’est la raison pour laquelle seulement 5 % des enfants qui viennent consulter viennent de la ville de Mexico. Le reste vient des quatre coins du pays, signe de la renommée de l’hôpital.

Les médecins de l’hôpital effectuent 255 000 consultations par an. Six mille enfants sont hospitalisés par an dont la moitié pour être opérés. Les opérations qui sont menées sont lourdes : transplantations, opérations cérébrales, opérations du cœur L’hôpital compte 27 spécialités, ce qui lui permet de traiter de nombreuses pathologies. Il travaille en collaboration avec le monde universitaire et est également un lieu de recherche médicale.

La plupart des enfants qui y sont soignés le sont pour des malformations congénitales. Viennent ensuite ceux qui souffrent de problèmes neurologiques et ceux malades du cancer. Mais en nombre absolu de malades soignés dans les murs de l’hôpital Federico Gomez, la leucémie est la première cause d’hospitalisation. 80 % d’entre sortent guéris de l’hôpital. Ce sont ces petits malades du cancer que le Pape François rencontrera en privé.

Notre envoyé spécial Xavier Sartre a pu se rendre sur place avant la venue du Pape

Des murs de couleurs, des dessins dans les couloirs et les salles : l’hôpital pédiatrique Federico Gomez fait tout pour adoucir le cadre de vie des jeunes malades.36 d’entre eux, atteints de différentes pathologies, accueilleront le Pape lors de la partie publique de sa visite. C’est à eux, à leurs parents et au personnel médical que François adressera un salut. Pour le professeur José Alberto Garcia Aranda, le directeur général de l’hôpital, la venue du Pape est évidemment une source de grande émotion.

«Le Pape apporte un message d’espoir, de foi et de miséricorde comme il l’a dit récemment à tous ceux qui souffrent. Et ces enfants sont pauvres, ces enfants qui sont gravement malades, souffrent énormément. Et je pense que c’est la chose principale que nous voyons dans cette visite du Pape.»

Et le moment fort de cette visite, ce sera dans une autre aile de l’établissement, celle où sont hospitalisés les enfants malades de cancers, principalement des leucémies. François en rencontrera 25 en privé, loin des caméras et de l’agitation du monde. Il ira ensuite à la ludothèque, une salle vitrée où les enfants sous traitement peuvent jouer. Et là, le Pape assistera à un des moments les plus poignants de la vie de ces petits malades. Celui où la petite cloche qui est suspendue au plafond sera sonnée.

«Cette cloche, elle n’est touchée que par l’enfant qui est guéri. Donc, cet enfant s’approche de la cloche accompagné par les autres enfants de la communauté qui sont malades comme lui. Il prévient le ciel qu’il est libéré de la maladie et il dit à ses camarades qu’il a été soigné, et il leur dit qu’ils doivent avoir vraiment envie de suivre leur traitement qui doit les soigner.»

La semaine dernière, deux enfants ont été déclarés guéris, dont une petite fille qui vient à peine de fêter ses sept ans. Luz Elena sonnera donc la cloche devant le Pape. Elle a passé trois ans dans cet hôpital à lutter contre la maladie.Sa mère espère que cette rencontre permette à tous les compagnons de sa fille d’aller mieux, et souhaite que le Pape les emplisse tous de paix.

À Mexico, Xavier Sartre pour Radio Vatican

(CV-XS)

 

13/02/2016 19:06