Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation pour le deuxième dimanche de Carême

P. Rigobert Kyungu,sj

20/02/2016 18:43

Le Père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la méditation avec les lectures du deuxième Dimanche de Carême

(RV) Frères et Sœurs,

En ce deuxième dimanche de carême, l’Eglise nous invite à contempler la scène de la transfiguration de Jésus sur la montagne, où Dieu le confirme comme étant vraiment son Fils, celui qu’il a choisi.

Dans la première lecture Abraham a une vision au cours de laquelle Dieu lui promet une descendance nombreuse. Dans l’évangile, Pierre et ses compagnons ont aussi la chance de voir Jésus rayonner de gloire. Cet heureux moment de leur vie leur a apporté beaucoup de consolation. En effet, le Seigneur savait que l’épreuve attendait les apôtres plus tard, voilà pourquoi il leur octroie ce moment de bonheur, afin qu’ils tiennent bon dans leur foi. Un tel moment est un avant-goût de la gloire éternelle à venir. Abraham connaîtra aussi des moments d’épreuve dans sa vie, en dépit de l’heureuse promesse que Dieu lui avait faite. Cependant, il restera fidèle à Dieu et gardera sa foi. Nous devrions, nous aussi, bien noter les moments de consolation pendant lesquels Dieu nous visite de manière particulière, car ils peuvent nous servir de repère quand vient l’épreuve ou la désolation.

Nous pouvons aussi apprendre de cet évangile qu’il n’y a pas de gloire sans le passage par la croix. La transfiguration de Jésus annonce la gloire de sa résurrection, après son passage de ce monde à son Père par sa passion et sa mort. C’est à la lumière de ce mystère que nous pouvons comprendre le sens de nos souffrances et de nos épreuves. Dans la deuxième lecture saint Paul nous invite justement à ne pas nous comporter en ennemis de la croix du Christ. Notre foi chrétienne n’a pas de sens sans la croix de Jésus.

Il nous arrive parfois de penser que le Seigneur nous oublie ou que nous sommes victimes d’une malédiction quand nous sommes soumis à des épreuves, ou lorsque nos souffrances nous semblent lourdes ou insupportables. Et pourtant le Seigneur ne nous oublie jamais, lui qui choisit de partager nos souffrances et qui est toujours présent dans nos moments difficiles. Il nous revient donc d’associer notre croix à la sienne et de bien y repérer les signes de sa présence.

La mention de Moïse et d’Elie dans cette scène peut nous rappeler ce qu’ils représentent : la loi et les prophètes. Ainsi, lorsque Dieu appelle Jésus son Fils, celui qu’il a choisi, Il le confirme aussi comme le vrai interprète de l’Ecriture. Car toute l’Ecriture, la loi et les prophètes culminent en Jésus, la Parole faite chair. Nous ne pouvons pas comprendre les Ecritures sans les confronter à Jésus, dans son mystère pascal, c’est-à-dire sa passion, sa mort et sa résurrection. Voilà pourquoi la voix venue du ciel a demandé à Pierre et ses compagnons de l’écouter.

En ce temps de carême nous sommes invités à l’écoute de Jésus dans sa Parole, et à l’écoute de nos frères et sœurs. Car Dieu peut aussi nous parler à travers les autres. Créons un climat de silence en nous et autour de nous pour favoriser cette écoute. Puisse la grâce de l’écoute nous aider à percevoir les signes de la gloire de Dieu dans notre vie, et ce, même dans les épreuves que nous traversons.

Amen ! (KS)

20/02/2016 18:43