Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Le Pape François dialogue avec des enfants pour la présentation de son livre

Le Pape François rencontrant les enfants lors de la présentation de son livre, le 25 février 2016. - ANSA

25/02/2016 20:00

(RV) Le Pape François a rencontré lundi 22 février plusieurs des enfants qui lui on écrit des lettres utilisées pour son nouveau livre, Dear Pope Francis, qui lui a été présenté durant la rencontre. Ces jeunes étaient accompagnés par le président de Caritas Internationalis, le cardinal Luis Antonio Tagle, et le rédacteur en chef de La Civiltà Cattolica, le père jésuite Antonio Spadaro, qui a travaillé avec le Pape pour la réalisation de ce livre.

Durant la rencontre, incluant des enfants venus d’Italie, des Philippines, d’Inde, du Kenya, d’Australie, d’Argentine, des États-Unis, du Canada, de Singapour, d’Irlande, de Belgique et de Chine, le Saint-Père a déclaré que les questions demandées dans le livre étaient certaines des «plus difficiles» qui lui avaient jamais été demandées.

Dans un échange informel, le Pape a déclaré que l’aspect qu’il préférait, dans l’exercice de son ministère de Pape, c’était d’être parmi les gens, ajoutant qu’il «apprenait quelque chose» à chaque fois qu’il rencontrait quelqu’un de nouveau.

Il a dit à un autre enfant que quand il était jeune, il voulait être boucher, car quand il allait au marché avec sa maman, le travail du boucher était fascinant, et «la façon dont il coupait la viande, c’était de l’art».

Un enfant a provoqué une hésitation de la part du Pape François en lui demandant quel était son saint préféré : «J’ai plusieurs amis saints, mais je ne sais pas lequel j’admire le plus», a dit le Saint-Père, «mais je suis un ami de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus, je suis un ami de saint Ignace, je suis un ami de saint François… Je pourrai dire que ces trois, peut-être, sont ceux que je garde le plus dans mon cœur».

Il a affirmé que le fait d’être Pape lui donnait un certain sens du «calme», et que c’était «une grâce de Dieu», en ajoutant qu’il sent qu’il est en train d’arriver à la fin de sa vie avec une grande paix». Le Saint-Père a précisé que quand il avait été élu, le cardinal Hummes lui avait dit «ne t’inquiète pas, c’est le travail du Saint-Esprit», et lui avait rappelé de «ne pas oublier les pauvres».

Quand il a été interrogé à propos de son amour pour Jésus, le Pape François a dit : «Je ne sais pas si j’aime vraiment Jésus. J’essaie de l’aimer, mais je suis certain que Lui, Il m’aime.»

Le Pape François a déclaré que le fait d’être Pape était «à la fois facile et difficile, comme dans la vie de toute personne», expliquant que «c’est facile parce que vous avez beaucoup de gens qui vous aident, mais il y a des moments difficiles parce qu’il y a des difficultés, dans tout le travail» à accomplir.

Le Pape François a aussi été interrogé à propos de sa vie de prière. «Je prie le matin quand je me lève : le livre de prière que tout prêtre prie, appelé le bréviaire», a-t-il dit. «Je prie la messe, je prie le Rosaire, et ensuite dans l’après-midi, je prends du temps pour l’adoration eucharistique.»

Le Pape a encouragé les enfants à toujours porter un Rosaire avec eux, et il a aussi ajouté qu’il portait un Chemin de Croix dans sa poche, car cela lui rappelle que Jésus aussi a souffert, et cela l’aide à être «meilleur, et moins mauvais».

À la fin de la rencontre, le Pape François s’est interrogé sur la question «pourquoi les enfants souffrent-ils?», disant que c’est la question qui lui cause la plus grande douleur, et il a admis qu’il ne connaissait pas la réponse à la question. «La seule chose qui me donne une lumière est de regarder la Croix, et de voir comment Jésus a souffert. C’est la seule réponse que je peux trouver», a-t-il dit.

(CV)

 

 

25/02/2016 20:00