Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Réélection de Denis Sassou Nguesso à la tête du Congo Brazzaville

Denis Sassou Nguesso, après la proclamation des résultats - AFP

24/03/2016 18:49

(RV) Entretien – Après 32 ans au sommet du pouvoir congolais, le président sortant Denis Sassou Nguesso a été réélu avec 60,39% des voix, lors du premier tour de l’élection présidentielle dimanche 20 mars 2016. Les résultats officiels ont été communiqués dans la nuit de mercredi à jeudi 24 mars.

Le peuple congolais a «pris son destin en main», a réagi le dirigeant après sa victoire, jugeant que la campagne électorale avait donné lieu à un «débat démocratique […] très ouvert». Mais ses deux principaux concurrents ont contesté ces résultats.

«Je savais d’avance que les dés étaient pipés, mais nous avions accepté de jouer le jeu», a déclaré le général Jean-Marie Michel Mokoko, qui était jusqu’en février conseiller de Denis Sassou Nguesso pour les affaires de paix et de sécurité. Le porte-parole de Guy-Brice Parfait Kolélas, l’autre candidat malheureux, a estimé pour sa part que la réélection du président sortant relevait d’une «fraude massive» et de la «magie».

Le pays est par ailleurs privé de télécommunications depuis plus de quatre jours. Les autorités avaient décidé de les couper pour des raisons de «sureté nationale» afin d’empêcher l’opposition de commettre une «illégalité» en publiant elle-même les résultats de l’élection.

La candidature du président Nguesso a été rendue possible après un récent changement de constitution qualifié de «coup d’État consitutionnel» par les détracteurs du chef de l’État. Emmanuel Okamba, maitre de conférence à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, revient avec Antonino Galofaro sur cette réforme

(XS-AG)

24/03/2016 18:49