Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Audience jubilaire : le Pape François rappelle le sens de l'aumône

Le Pape devant une fontaine de la Place Saint-Pierre, lors de l'audience jubilaire du 9 avril 2016. - AFP

09/04/2016 11:32

(RV) Miséricorde et aumône : c’est le thème de l’audience générale jubilaire présidée par le Pape François ce samedi 8 avril 2016 place Saint-Pierre. Dans sa catéchèse, il est donc revenu sur «un aspect essentiel de la miséricorde : l’aumône», un geste qui veut dire beaucoup. Venant du grec, le Pape a rappelé que ce mot signifiait «miséricorde» et devait donc, comme tel, «porter avec lui toute la richesse de la miséricorde», qui se mesure aux «mille voies, mille modalités» qu’elle emprunte pour «soulager ceux qui sont dans le besoin».

«Le devoir de l’aumône est aussi vieux que la Bible», explique le Pape. C’est l’un des deux devoirs, avec le sacrifice, que devaient respectée une personne religieuse. Dieu, à de nombreuses reprises dans le livre saint, «exige une attention particulière aux pauvres», qui sont tour à tour «étrangers», «orphelins», ou «veuves». Il précise que la «charité requiert, avant tout, une attitude de joie intérieure».

C’est pourquoi la miséricorde «ne peut pas être un poids ou un ennui dont on doit vite se libérer». François rappelle ainsi les paroles de Tobith à son fils Tobie : «Ne détourne ton visage d’aucun pauvre, et le visage de Dieu ne se détournera pas de toi».

Jésus, évidemment a laissé un vaste enseignement sur la question, nous demandant, explique le Pape, «de ne pas faire l’aumône pour être loués ou admirés par les hommes pour notre générosité. Ce n’est pas l’apparence qui compte, mais la capacité de s’arrêter pour regarder en face la personne qui demande de l’aide».

De là une distinction très nette à faire : l’aumône, ce n’est pas «la simple pièce offerte rapidement, sans regarder la personne, et sans s’arrêter à parler pour comprendre de quoi elle a besoin». De la même manière, «il faut distinguer les vrais des faux mendiants, ces derniers causant du tort aux vrais pauvres», dénonce François.

L’aumône, c’est donc, résume le Pape, «un geste d’attention sincère à qui s’approche de nous et qui demande notre aide, fait dans le secret où seul Dieu voit et comprend la valeur de l’acte accompli».

(XS)

 

 

09/04/2016 11:32