Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Culture

Au Brésil, le nombre de suicides augmente chez les jeunes indigènes

Les jeunes indigènes du Brésil sont de plus en plus nombreux à se suicider selon une étude de la Faculté latino-américaine de sciences sociales. - AFP

06/07/2016 16:22

(RV) Les peuples indigènes, au cœur de l’intention de prière ce mois-ci du Saint-Père, sont victimes au Brésil de nombreuses discriminations et marginalisations. Des situations qui créent un contexte de désespérance chez les jeunes qui sont de plus en plus nombreux à se suicider. C’est ce que révèle un rapport de la Faculté latino-américaine de sciences sociales qui vient d’être publié.

Le suicide des jeunes indigènes au Brésil est devenu une véritable pandémie dénoncent les chercheurs à l’origine de cette étude. Une étude qui fait état de 327 suicides entre 2009 et 2013 au Brésil, au sein la population indigène. La moitié des victimes sont des enfants et des adolescents âgés de 10 à 19 ans. Cette étude a été menée dans huit municipalités situées dans deux États du Brésil, l’Amazonas et le Mato Grosso du Sud où se concentrent une grande partie des peuples indigènes du pays. Dans certaines de ces communes le nombre de suicide chez les jeunes peut atteindre jusqu’à 50 %. Comment expliquer de tels drames ? Ils sont vraisemblablement liés à la situation foncière des localités. «Les municipalités qui apparaissent parmi les plus touchées par les suicides sont celles dans lesquelles les occupations de terres sont aussi les plus conflictuelles», indique le rapport.

Cette situation semble s’inscrire dans la durée puisqu’en 2009 déjà une étude de l’organisation des Nations-Unies associait la forte proportion de suicides chez les jeunes indigènes à un contexte de discrimination dénonçant «les conséquences de la colonisation traumatique des terres indigènes» et notamment «un sentiment d’isolement social qui peut conduire à des réactions d’autodestruction».

Cette réalité tragique a été dénoncée à plusieurs par le Conseil Indigéniste Missionnaire. Son président Mgr Roque Paloshi, archevêque de Porto Velho a d’ailleurs remis personnellement au Pape François le 30 juin dernier le «Rapport sur la violence contre les peuples Indigènes 2014». Un document qui dénonce les conséquences dramatiques sur la population de la dévastation de l’environnement.

(BH-HD)

06/07/2016 16:22