Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Ouverture d'un sommet de l'OTAN sur fond de tensions avec la Russie

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg et le premier ministre polonais Andrwej Duda, le 7 juillet 2016. - EPA

08/07/2016 08:07

(RV) Entretien - Le sommet de l’Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) s’ouvre vendredi 8 juille 2016 à Varsovie, ville symbole de la Guerre froide. C'est là qu'en 1955 fut signé le pacte qui alliait les pays de l’est de l’Europe au bloc soviétique. Le monde est aujourd’hui différent mais les tensions persistent.

A la veille de l'ouverture du sommet, la chancelière allemande Angela Merkel a estimé que l'implication russe dans le conflit ukrainien avait entamé la «confiance» de l'Alliance atlantique envers la Russie. Pour rassurer ses voisins, l'OTAN va ainsi renforcer sa présence à la frontière. Les trois pays baltes (Estonie, Lettonie, Lituanie) et la Pologne devraient accueillir des bataillons multinationaux de 600 à 1000 hommes supplémentaires chacun.

Ces derniers jours, les deux camps ont joué la carte de l'appaisement. Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg a annoncé qu'une nouvelle réunion de «dialogue» se tiendrait le 13 juillet à Bruxelles. Le président russe Vladimir Poutine s'est lui prononcé en faveur de l'arrêt des vols militaires sans transpondeur au-dessus de la mer Baltique, considérés par l'Estonie et la Lettonie comme des manœuvres d'intimidation.

Pour Olivier Kempf, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste de l’Alliance atlantique interrogé par par Jean Charles Putzolu, on est encore loin d'une nouvelle Guerre froide.

(SBL-JCP)

08/07/2016 08:07