Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Centrafrique : situation fragile malgré la reconstruction

La Minusca, la force de maintien de la paix de l'ONU, est présente en République centrafricaine depuis avril 2014. - AFP

27/09/2016 07:31

(RV) Entretien - Deux ans après la signature d’un accord de cessation des hostilités, le calme est globalement revenu en République centrafricaine malgré des affrontements sporadiques. Mi-septembre, des ex-rebelles Séléka auraient ainsi tué six personnes dans le centre du pays.

Si elles rappellent un passé douloureux, ces violences sont bien moindre que celles qui avaient suivi le renversement du président François Bozizé en 2013. Craignant un génocide, la communauté internationale s’était mobilisée:  la France, à travers l’opération Sangaris, puis les Nations unies, avec la Minusca, qui assurent la transition démocratique.

Lors de son voyage apostolique dans le pays en novembre 2014, le Pape François avait appelé les jeunes à devenir des artisans de paix en priant, en pardonnant et en aimant. Il les avait aussi invités à «résister face aux difficultés, car fuir n’est pas la solution».

Parfait Onanga-Anyanga, le chef de la Minusca et représentant spécial du Secrétaire général de l’ONU en Centrafrique, explique au micro de Gaëtan Plenet que la reconstruction du pays a commencé mais ne pourra se poursuivre qu’avec l’aide et le soutien de la population.

(SBL-GP)

27/09/2016 07:31