Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Amnesty International dénonce la spirale de violence en Amérique centrale

Amnest International dénonce la violence des gangs en Amérique centrale mais également celle des forces de sécurité. - AFP

15/10/2016 13:49

(RV) Entretien - Violence des gangs et de la police, absence de politique de protection des populations... Amnesty International dénonce la situation sécuritaire dans trois pays d’Amérique centrale: le Guatemala, le Honduras et le Salvador. Dans un rapport publié vendredi 14 octobre 2016, l’ONG dénonce des «zones de guerre, où la vie humaine ne semble pas avoir de valeur».

Prospérant sur la misère et l’absence de politique de développement, les gangs extorquent de l’argent aux commerçants et chauffeurs de taxis, sans hésiter à menacer les récalcitrants. Les jeunes sont parmi les plus touchés. Les moins de 30 ans représenteraient ainsi plus de la moitié des personnes mortes dans ces trois pays en 2015. Les garçons rejoignent les groupes armés sous la contrainte, les filles sont enrôlées comme «petites amies» et subissent des sévices sexuels et la déscolarisation prend des ampleurs inquiétantes.

Pour faire face à cette situation, les forces de sécurité n'hésitent pas à employer des méthodes brutales afin de masquer son inefficacité. Cette situation pousse des milliers de personnes à fuir au Mexique et aux Etats-Unis. Mais leur demande d’asile est souvent déboutée et ils sont de nouveau en danger une fois rentrés au pays.

Geneviève Garrigos est l’ancienne présidente d’Amnesty International France. Elle revient au micro de Samuel Bleynie sur cette spirale de violence.

(SBL)

15/10/2016 13:49