Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Le Pape François est arrivé en Suède

Le Pape François, à l'aéroport de Fiumicino à Rome lundi 31 octobre, avant son départ pour la Suède - AP

31/10/2016 08:30

(RV) Le Pape François est arrivé lundi 31 octobre peu après 11 heures à l'aéroport de Malmö en Suède. Il a été accueilli notamment par le Premier ministre, Stefan Löfven, avec qui il a eu un entretien dans un salon de l’aéroport. Le Souverain Pontife se rend en Suède pour le lancement du 5° centenaire de la Réforme.Un évènement qui s’annonce déjà historique, puisqu’il s’agira d’une commémoration conjointe organisée par l’Eglise luthérienne et l’Eglise catholique de Suède, une première dans la longue et tumultueuse histoire des relations luthéro-catholiques. François rentrera à Rome mardi.

Il se trouvera aux côtés des leaders de la Fédération luthérienne mondiale. Un évènement qui se déroulera en deux temps : d’abord une prière œcuménique commune à la cathédrale de Lund, fief du luthéranisme en Suède, puis une veillée de témoignages au parc des expositions de Malmö.

Ces deux villes, quadrillées par un imposant dispositif de sécurité, sont prêtes pour accueillir le Pape. Ce 17e voyage apostolique du Souverain Pontife semble susciter une certaine curiosité chez les Suédois, généralement peu sensibles aux questions religieuses. Il pourrait en tous cas constituer une étape marquante sur le chemin de l’œcuménisme..

Il faut avant tout saisir la portée historique de cet évènement. L’idée même d’une commémoration commune de la Réforme paraissait inimaginable il y a encore 100 ans. Ce bouleversement advenu au XVIe siècle et qui mit l’Europe à feu et à sang avait généré trop de douleur et de ressentiment. C’est dire donc tout le chemin parcouru ces 50 dernières années, depuis le lancement du dialogue entre luthériens et catholiques.

Il faut ensuite comprendre l’esprit qui anime cette commémoration. Il ne s’agit pas de célébrer la division des chrétiens mais bien de faire acte de repentance pour le mal commis de part et d’autre au long de l’Histoire, de rendre grâce aussi pour ce que catholiques et luthériens ont en commun : l’Évangile du Christ. Et l’annonce crédible de cet Évangile passe par le témoignage commun.

C’est la troisième dimension fondamentale de cette commémoration. C’est d’ailleurs sur elle que le Pape François et les leaders luthériens entendent insister. Travailler et marcher ensemble, s’engager de manière concrète devant les nombreux défis qui se posent au monde actuel : la paix, la lutte contre le réchauffement climatique, et l’aide à apporter aux migrants. Le témoignage commun revêt une importance primordiale dans des sociétés sécularisées, dont la Suède apparait justement comme un exemple emblématique.

Cette commémoration inédite, et donc historique, ne veut pas occulter les facteurs de division, qui subsistent mais valoriser plutôt ce qui rassemble et unit.

(AG-MA)

31/10/2016 08:30