Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

France : une maison de retraite de religieux attaquée

La police française à la recherche de l'homme ayant attaqué ce jeudi 24 novembre 2016 une maison de retraite accueillant d'anciens missionnaires. - REUTERS

25/11/2016 16:09

(RV) En France, la piste liée au terrorisme islamiste a été écartée. La justice a annoncé qu’un suspect a été identifié dans l'enquête sur le meurtre commis jeudi 24 novembre 2016 dans une maison de retraite de religieux située à Montferrier-sur-Lez, au nord de Montpellier dans le sud de la France.

Sur twitter, Mgr Olivier Ribadeau Dumas, Secrétaire général et porte-parole de la Conférence des Evêques de France a réagi à cette attaque: «Notre prière s'élève cette nuit pour celle qui a perdu la vie dans cette attaque d'une maison de retraite de religieux dans Hérault». «Notre prière rejoint aussi celle de ces missionnaires attaqués (…). Que Dieu donne à tous sa Paix». Ce vendredi soir, le cardinal Philippe Barbarin célèbre la Messe à la cathédrale de Lyon, à l'intention de la femme de 54 ans tuée jeudi soir.

Jeudi soir un individu seul, encagoulé et armé d'un couteau et d'un fusil à canon scié, a fait irruption dans la maison de retraite «Les Chênes verts» qui accueille une soixantaine de missionnaires de la Société des Missions africaines. Une aide-soignante a pu donner l'alerte après avoir elle-même été agressée. Une de ses collègues a été trouvée morte dans la lingerie de l'établissement à l'arrivée des gendarmes. Aucun des pensionnaires n'a été blessé.

Motivation inconnue

La découverte d'un véhicule près de l'établissement a orienté les enquêteurs sur la piste d'un homme de 47 ans vivant à une dizaine de kilomètres de la maison de retraite. Ce suspect a servi dans les troupes parachutistes, sans être pour autant un militaire de carrière. «Les motivations de (l'auteur) restent inconnues de manière précise», a indiqué le procureur de Montpellier, Christophe Barret qui privilégie la piste locale. Plus d'une centaine de gendarmes et policiers ont été mobilisés pour retrouver le présumé coupable. Un suspect a été appréhendé ce vendredi après-midi.

La France, frappée par une vague d'attentats, reste sous la menace de nouvelles attaques. En juillet dernier, le père Jacques Hamel avait été assassiné dans son église de Saint-Etienne du Rouvray, en Normandie. Deux jeunes se réclamant du groupe État islamique l’avaient égorgé devant les fidèles alors qu’il célébrait la messe.

(MD)
 

25/11/2016 16:09