Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

L'économie n'est pas neutre rappelle le Pape aux religieux

Le Pape François - ANSA

26/11/2016 12:35

(RV) Le Pape François a adressé un message aux participants à un Symposium organisé par la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique sur le thème « Dans la fidélité au charisme, repenser l’économie », organisé du vendredi 25 au dimanche 27 novembre 2016 à l’université pontificale Antonianum, à Rome. Ce fut l’occasion pour le Pape de renouveler son appel à une transformation non pas simplement matérielle, mais spirituelle, dans la gestion des biens des communautés religieuses. Manuella Affejee

« Les charismes dans l’Église ne sont pas quelque chose de statique et de rigide, ni des pièces de musée. Ce sont plutôt des fleuves d’eau vive qui coulent dans le terrain de l’histoire pour l’irriguer et faire germer des semences de Bien. » Le Pape appelle donc les acteurs de la vie consacrée, qui est par sa nature, « signe et prophétie du Royaume de Dieu », à lier leurs charismes avec les notions de don, de gratuité et de grâce.

« L’économie et sa gestion ne sont jamais éthiquement et anthropologiquement neutres », rappelle le Saint-Père, qui précise que les stratégies économiques peuvent aider à « construire des relations de justice et de solidarité » ou, au contraire, à générer des « situations d’exclusion et de rejet ». Les communautés religieuses, dans la gestion de leur patrimoine et de leur intendance, ont donc un devoir d’exemplarité et de prophétie pour « donner un espace au principe de gratuité comme expression de fraternité », précise François, citant les termes utilisés par Benoît XVI dans son encyclique « Caritas in Veritate ».

Alors que le « diable entre souvent par la portefeuille ou la carte de crédit », les personnes consacrées doivent éviter toute logique de recherche de gains, et au contraire « écouter le murmure de Dieu et le cri des pauvres », en faisant confiance à la Providence, comme l’ont fait les fondateurs des grands ordres religieux. Une bonne collaboration avec les Églises locales est indispensable, et la gestion économique ne doit pas être totalement déléguée à une seule personne : chacun doit prendre sa part de responsabilité. « Nous devons nous éduq uer à une austérité responsable », jusque dans les petits choix quotidiens qui doivent toujours s’orienter vers le respect de la Création et le soin des plus petits, insiste le Pape François. (XS-CV)

26/11/2016 12:35