Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Une aide humanitaire aux Vénézuéliens saisie par les douanes

une des conséquences de la crise Vénézuélienne : la carence de médicaments. La pharmacies presque vides. - EPA

29/11/2016 11:23

(RV) La Commission Justice et Paix de l’épiscopat Vénézuélien a vivement contesté vendredi 25 novembre la décision des autorités de confisquer les médicaments qui ont été envoyés à la Caritas locale pour venir en aide à la population qui traverse une période de crise économique sans précédent. Les évêques soulignent que la Caritas a toujours respecté la législation en vigueur concernant l’acheminement des médicaments dans le pays, et disent ne pas comprendre la saisie opérée par les services douaniers qui ont déclaré « irrecevable » la marchandise sous prétexte que la documentation requise n’a pas été présentée dans le délai de 30 jours prévu par la réglementation. La Commission Justice et Paix affirme avoir informé le 5 août les services des douanes et le Ministère de la Santé de l’arrivée d’un chargement de 525 boîtes de médicaments et 92 confections de suppléments alimentaires. La suite de la procédure a permis, selon la Commission, de fournir toute la documentation dès le 23 août et donc dans le total respect des délais impartis.

Agir pour ceux qui souffrent

Le communiqué des évêques invite les citoyens, les fonctionnaires, les observateurs et les associations à faire pression sur les autorités pour faciliter l’entrée de médicaments dans le pays, et insiste sur la nécessité d’agir « en faveur de ceux qui souffrent sans distinction de couleur ou d’appartenance politique ».

Après confiscation, les autorités ont attribué les médicaments à l’Institut Vénézuélien des Services Sociaux (IVSS).

(JCP)

29/11/2016 11:23