Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

L'OSCE se penche sur les actes anti-chrétiens en Europe

L'église du Saint-Étienne-du-Rouvray, en Normandie, lieu d'un attentat le 26 juillet 2016. - ANSA

15/12/2016 19:45

(RV) Mgr Janusz Urbanczyk, représentant permanent du Saint-Siège auprès de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), est intervenu mercredi au sujet de la lutte contre l’intolérance et la discrimination à l’égard des chrétiens.

La conférence promue par l’OSCE

L’éducation à la «culture de la rencontre», la promotion d’un climat de meilleure confiance envers les religions, la reconnaissance que «avec leurs valeurs et traditions», elles puissent contribuer «de façon significative» au développement de la société : ce sont les clés pour prévenir l’intolérance et la discrimination anti-chrétiennes en Europe, et donc garantir la sécurité dans le continent. Ceci était le fil conducteur des trois interventions de Mgr Urbanczyk, observateur permanent du Saint-Siège à l’OSCE, lors de la conférence sur la lutte contre l’intolérance et la discrimination tenue mercredi à Vienne. L’OSCE, qui s’occupe de la protection des droits humains et de la démocratie, avait organisé cette conférence.

Une augmentation préoccupante de l’intolérance contre les chrétiens en Europe

Dans sa première intervention, le prélat polonais a rappelé que si, heureusement, l’on n’assiste pas en Europe aux brutales persécutions subies aujourd’hui par tant de chrétiens dans d’autres parties du monde, on remarque une augmentation des manifestations d’intolérance, des crimes de haine et des épisodes de vandalisme à leur encontre, ainsi que les offenses et les insultes à cause de leurs convictions. Des phénomènes qui sont souvent sous-évalués, aussi par les médias. Est tout aussi préoccupante l’agressivité de certaines campagnes de dénigrement contre les chrétiens, taxés de bigoterie et d’intolérance parce que leurs opinions ne sont pas en ligne avec les idéologies aujourd’hui en vogue. Contre ces phénomènes, le Saint-Siège demande des «mesures législatives adéquates» et des déclarations officielles analogues à celle adoptée en 2004 par le Conseil ministériel de l’OSCE sur la lutte contre l’antisémitisme.

L'éducation fondamentale pour construire des ponts de paix et de stabilité

Pour contrer la discrimination et l’intolérance, a souligné Mgr Urbanczyk, il faut intervenir surtout sur l’éducation. «Le Saint-Siège, a-t-il affirmé, est fermement convaincu que l’éducation est un instrument important pour construire des ponts de paix et de stabilité, et pour faire de nos jeunes des constructeurs de paix et des promoteurs d’une authentique tolérance». La promotion du dialogue interreligieux, et plus largement d’un dialogue respectueux dans le débat public, est indispensable pour faire progresser cet état d’esprit.

Redécouvrir la «culture de la rencontre»

Dans sa 3e et dernière intervention, le représentant du Saint-Siège a insisté encore sur l’importance du dialogue, de la compréhension et de la confiance réciproque, et sur la reconnaissance par les États européens de la contribution des religions au développement de la société. Il a donc invité les gouvernements, les croyants des diverses religions et de tous les acteurs sociaux à unir leur voix en défense de la tolérance et à redécouvrir la «culture de la rencontre» invoquée par le Pape François.

(CV)

 

 

 

 

 

15/12/2016 19:45