Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation pour le 4ème dimanche de l’Avent

P. Raphaël Bazebizonza, SJ - RV

17/12/2016 14:57

(RV) Le Père jésuite Raphaël Bazebizonza nous introduit à la méditation avec les lectures du 4e dimanche du temps de l’Avent :

 

« Dieu-avec-nous »

Nous approchons de Noël et les textes liturgiques de ce 4ème dimanche de l’Avent, une fois encore, nous aide à goûter la bonté de Dieu en accueillant la Bonne Nouvelle de la venue de son Fils. L’Évangile, tout comme la première lecture, rapporte cette annonce solennelle du Prophète Isaïe : « Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils ; on lui donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Le prophète du Messie résume ici le cœur de Dieu, sa volonté de salut pour tous, son désir de proximité avec nous. Arrêtons-nous sur la signification du nom qu’on donnera au nouveau-né de Marie : Emmanuel : « Dieu-avec-nous ».

Pour contempler le mystère de l’Incarnation, Ignace de Loyola dans ses exercices spirituels, invite le retraitant à voir avec les yeux du cœur comment la Sainte Trinité se penche vers la terre, regarde le monde avec un amour passionné, se laisse toucher par « les joies et les espoirs, les tristesses et les angoisses des hommes », et décide finalement d’envoyer le Fils pour être avec nous, pour nous sauver. Le Seigneur ne nous sauve pas via Skype ou WhatsApp, ou encore via des texto aussi beaux qu’ils puissent être. Il ne commande pas à partir d’un bureau de luxe, mais il descend sur le terrain. Jésus vient et il est un Dieu avec les autres. Et quand nous célébrons l’Eucharistie, nous proclamons en effet qu’Il ne s’est pas retiré du monde, et qu’il ne nous a pas laissés seul, et même si nous ne pouvons pas le voir et le toucher comme c'est le cas avec les réalités matérielles et sensibles, Il est toutefois avec nous et parmi nous; il est même en nous, car avec son corps et son sang, il nous fait entrer dans son cœur.

Cette certitude, bien chers sœurs et frères, devrait nous aider à trouver Dieu en toute chose et à voir toute chose en Dieu, c'est-à-dire interpréter les différents événements de la vie et de l’histoire comme des traces de la gloire de Dieu. Les difficultés qui ne manquent pas dans notre vie personnelle et collective, les souffrances que nous connaissons comme la maladie, la pauvreté, la guerre, les incompréhensions, peuvent nous faire douter de la proximité de Dieu. Mais paradoxalement, c’est face à tant de réalités négatives, que la foi, la foi au Christ s’éveille et porte du fruit. Dieu est avec nous. Et le plus beau cadeau qu’il nous a fait dans l’Incarnation ne consiste pas en des choses matérielles (argent, cadeaux, pouvoir), mais en assumant personnellement notre humanité, de la naissance à la mort, marchant avec nous dans la joie et dans la douleur.

C’est cet Évangile de l’espérance qu’est Jésus comme le proclame Paul dans la seconde lecture, que nous sommes appelés à annoncer nous aussi, en nous faisant plus proches de Jésus dans les sacrements et dans la pratique de la charité envers les plus pauvres. Que Dieu nous en donne la grâce.  (JPB)

17/12/2016 14:57