Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Le Pape à l'audience : partager la douleur pour donner espoir

Le Pape François lors de l'audience générale - REUTERS

04/01/2017 12:46

(RV) Le Pape François a poursuivi ce mercredi 4 janvier 2017 salle Paul VI sa série de catéchèse sur l’espérance chrétienne. Il s’est concentré sur la figure de Rachel qui nous parle de « l’espérance dans les larmes » tel qu’en a parlé le prophète Jérémie. Ce dernier, qui écrit au moment de la conquête assyrienne du royaume du Nord, faisant de Rachel le symbole de toutes les mères, explique dans ses Lamentations, que cette mère ne voulait pas être consolée de la disparition de ses fils. Sa douleur est ainsi proportionnelle à son amour, a expliqué François aux fidèles réunis. « Rachel renferme en elle la douleur de toutes les mères du monde, de tout temps, et les larmes de chaque être humain qui pleure des pertes irréparables ». Xavier Sartre

« Pour parler d’espérance à qui est désespéré, il faut partager son désespoir, pour sécher les larmes du visage de qui souffre, il faut unir nos pleurs aux siens ». Le Pape souligne qu’il n’y a que comme cela que l’on peut donner un peu d’espoir. Et si les mots sont insuffisants, il suffit alors d’un « silence » ou « d’une caresse ».

« Les larmes mêmes sèment l’espoir » explique François, car aux pleurs de Rachel qui pleure la mort de ses fils, le Seigneur répond par une promesse : « le peuple pourra revenir d’exil et vivre dans la foi, libre, son rapport avec Dieu ». Les pleurs deviennent alors « principe de vie nouvelle pour les fils exilés, prisonniers, loin de la patrie »

Matthieu reprend ce texte de Jérémie et l’applique au massacres des Innocents. Ce texte « nous met face à la tragédie de la mort d’êtres humains sans défense, à l’horreur du pouvoir qui méprise et supprime la vie », affirme François. « Les enfants de Bethléem moururent à cause de Jésus. Et lui, Agneau innocent, mourra à son tour, pour nous tous. Le Fils de Dieu est entré dans la douleur des hommes ».

A ceux qui demandent pourquoi les enfants souffrent-ils, le Pape reconnait qu’il n’a pas de réponse. Mais en regardant le crucifix, en « regardant seulement l’amour de Dieu qui donna son Fils qui offrit sa vie pour nous, on peut indiquer une voie de consolation ». Les larmes de Marie qui pleure son fils, comme celles de Rachel, « ont généré espoir et vie nouvelle ». (XS)

04/01/2017 12:46