Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Célébrations liturgiques

Nostalgiques de Dieu, les mages sont partis à la recherche du Christ pour l'adorer

Le Pape s'inclinant et embrassant l'Enfant Jésus ce vendredi 6 janvier 2017 dans la basilique Saint-Pierre. - AP

06/01/2017 15:04

(RV) En ce 6 janvier 2017, l’Église célèbre l’Épiphanie. Le Pape François a présidé une messe solennelle en la basilique Saint-Pierre. Dans son homélie, le Souverain Pontife s’est attardé sur la figure de ces Rois mages venus d’Orient, qui «expriment la figure du croyant», mus par la «nostalgie de Dieu» ; une nostalgie qui les pousse à marcher, à suivre l’Etoile, et à reconnaître dans le nouveau-né de Bethléem, une «promesse de nouveauté et de gratuité».

Les rois mages «reflètent l’image de tous les hommes qui, dans leur vie, ne se sont pas laissés anesthésier le cœur». Ils ont vu l’étoile parce qu’ils se sont mis en route, parce qu’ils étaient habités par ce que le Pape appelle, «la sainte nostalgie de Dieu». Cette «mémoire vivante qui se rebelle devant tant de prophètes de malheur», celle qui maintient l’espérance vivante, «qui nous tire hors de nos résignations, qui rompt avec nos conformismes ennuyeux». La nostalgie de Dieu est cette motion qui nous «pousse à nous engager pour ce changement auquel nous aspirons», et à la rencontre avec Dieu.

Face à cette attitude de foi, s’oppose celle d’Hérode, le souverain imbu de lui-même et de sa puissance, qui dort dans son palais. La naissance de l’Enfant de Bethléem le déconcerte, le trouble, l’effraie. Lui qui veut «contrôler tout et tout le monde , «lui qui est immergé dans sa culture du vaincre à tous prix».

Venus pour adorer un Roi, les mages se sont d’abord rendus dans un Palais, avant de s’apercevoir que ce qu’ils cherchaient se trouvait ailleurs. Contrairement à Hérode, ils ont accepté de changer leur regard. Ils découvrent ainsi que Dieu a voulu naître là où personne ne l’attendait. Dans l’humble grotte de Bethléem, les mages se prosternent devant le petit enfant, devant le pauvre, celui qui est sans défense. Ce faisant, ils découvrent la Gloire de Dieu.

(MD-MA)

06/01/2017 15:04