Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Culture

La mémoire de la Shoah, une condition nécessaire pour la paix

Des survivants de la Shoah déposent des bougies lors de la cérémonie à Auschwitz, le 27 janvier 2017. - AP

27/01/2017 17:46

(RV) Entretien - Faire mémoire de la Shoah amène à se souvenir des victimes de ces «crimes haineux contre l’humanité». Des paroles prononcées ce jeudi par Mgr Janusz Urbanczyk, représentant permanent du Saint-Siège à l’OSCE, à la tribune de l’organisation, à la veille de la Journée du souvenir de l’holocauste. Évoquant «la peur et les larmes d’innombrables victimes de la haine aveugle qui ont souffert de la déportation, de l’emprisonnement et de la mort», Mgr Urbanczyk exhorte à «renouveler notre engagement pour assurer un respect plus grand et inconditionnel en faveur de la dignité de chaque personne».

Faire mémoire pour que plus jamais une telle tragédie ne se reproduise, pour que la dignité humaine soit toujours respectée, promouvoir la culture de la rencontre, favoriser la réconciliation pour construire un monde de paix, c’est ce que propose le Centre de dialogue et de prière d’Oswiecim, situé à quelques pas des camps de concentration et d’extermination d’Auschwitz-Birkenau.

Le responsable des programmes de ce centre est un allemand, le père Manfred Deselaers. Interrogé par Hélène Destombes, il souligne l’importance de faire mémoire de l’Holocauste.

(CV-HD)

 

 

27/01/2017 17:46