Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

Reportage dans l’un des six «villages de lépreux» à Madagascar

Soeur Jacqueline, une des huit soignantes du «village qui guérit» , à 4 km du centre-ville d’Ambanja. Photo de la gynécologue Alexia Willame. - RV

30/01/2017 08:10

(RV) Reportage - A l’occasion de la 64e Journée mondiale des Lépreux, ce dimanche 29 janvier 2017, le Pape a rappelé l’importance de «lutter contre cette maladie, mais aussi contre les discriminations qu’elle engendre», assurant de ses prières tous ceux qui souffrent du mal de Hansen, ainsi que ceux qui sont engagés au service des soins et de la réinsertion sociale de ces personnes.

La lèpre est une maladie infectieuse non mortelle mais potentiellement très handicapante. Elle a quasiment disparu d’Europe, mais fait encore des ravages dans les régions les plus pauvres de la planète. Chaque année, la maladie de Hansen touche encore 211 000 personnes, dont 19 000 enfants, soit environ un nouveau cas toutes les 2 minutes.

Madagascar est l'un des cinq pays les plus touchés du continent africain. 1700 nouveaux cas ont été détectés en 2016. Manque de dépistage, méconnaissance des symptômes, superstition, la lèpre est une maladie de la pauvreté, de l’isolement et du manque d’éducation. Une maladie négligée par les dirigeants, et pourtant loin d'être éradiquée sur la Grande Île.

Notre correspondante à Madagascar Sarah Tétaud s’est rendue dans le nord de Madagascar, à Ambanja dans l’un des six «villages de lépreux» du pays. Reportage

Depuis 1954 et le lancement de la Journée Mondiale des Lépreux par Raoul Follereau, 16 millions de malades dans le monde ont pu être guéris et retrouver leur dignité. (MD-ST-HD)

30/01/2017 08:10