Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Madagascar : le cardinal Parolin encourage la solidarité comme alternative à la violence

Le cardinal Pietro Parolin, le 8 décembre 2016.

31/01/2017 17:50

(RV) Contre les menaces à l’encontre de la paix et de la sécurité, aujourd’hui plus que jamais il ne sert à rien de se renfermer dans ses propres intérêts, mais il faut «faire de la solidarité entre les personnes et les peuples l’alternative aux armes, à la violence, à la terreur» : le cardinal Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, l’a redit à Madagascar lors des célébrations du 50e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre ce pays insulaire et le Saint-Siège.

Il s’agit de promouvoir la rencontre et le dialogue entre hommes et femmes appartenant à des groupes ethniques, culturels et religieux différents. C’est dans cette diversité que le futur d’une nation comme Madagascar doit trouver son inspiration. Il faut «unir des idées différentes, des opinions politiques opposées, des visions religieuses et mêmes idéologiques différentes» pour servir la cause de l’homme, la paix, la justice.

«Il s’agit d’un parcours difficile et incertain dans ses résultats», a-t-il souligné, mais comme le Pape l’avait déclaré le 9 janvier lors de ses vœux au Corps diplomatique, «la paix se conquiert avec la solidarité» et non pas en se réfugiant «dans les petites niches d’intérêt, dans les fermetures individualistes ou dans le nationalisme plus ou moins masqué, qui colore désormais le paysage d’un monde post-global. Si, dans la relation à la mondialisation, il était important de ne pas être exclus, a-t-il poursuivi, dans la réalité post-globale dans laquelle nous sommes immergés, la première idée est celle de se protéger, de se fermer par rapport à ce qui nous entoure, perçu comme une source de danger ou de contamination des idées, des cultures, des visions religieuses, des processus économiques». Et ainsi «l’unité des intentions et le désir de coopérer laisse la place» à «une fragmentation croissante avec tous les risques prévus et prévisibles».

«La méthode la plus sûre pour construire un avenir meilleur est de rétablir la dignité de ceux qui souffrent», a rappelé le cardinal Parolin, en citant le discours du Pape au Congrès des États-Unis, le 24 septembre 2015 : «Être au service du dialogue et de la paix signifie aussi être vraiment déterminés à réduire, et dans le long terme, à mettre un terme aux conflits armés dans le monde entier. Ici nous devons nous demander : pourquoi les armes mortelles sont-elles vendues à ceux qui planifient d’infliger d’indicibles souffrances aux individus et aux sociétés ? Malheureusement, la réponse, comme nous tous le savons, est simplement l’argent : l’argent qui est taché de sang, souvent de sang innocent. Devant ce silence coupable et honteux, notre devoir est d’affronter le problème et d’arrêter le commerce des armes.»

«Dans ces moments de crise, a précisé le Secrétaire d’État, il n’est pas suffisant d’être solidaires et de savoir partager, mais il est nécessaire d’agir avec justice pour ce qui concerne les pays les plus pauvres». En effet, «l’utilisation des ressources naturelles et leur exploitation ne s’est jamais arrêtée devant les frontières d’un État ou l’identité d’un peuple» : ainsi, «une grande partie de la population mondiale paie quotidiennement les conséquences de la pauvreté, du sous-développement et de l’exploitation».

Le cardinal Parolin a répété qu’il est nécessaire de réagir avec une vision qui met avant chaque intérêt la cause de l’homme, pour que personne ne soit contraint de vivre sans «le sens de l’appartenance à une famille, à un peuple, à une terre, à notre Dieu. Ce façon d’être orphelin qui trouve un espace dans le cœur narcissique qui sit se regarder seulement lui-même et ses propres intérêts, et qui grandit quand nous oublions que la vie a été un don, que nous l’avons reçue des autres, et que nous sommes invités à la partager dans la maison commune» (homélie du Pape le 1er janvier 2017). Il a conclu avec cette dernière pensée du Pape : «On ne peut pas se donner la paix sans l’humilité. Où il y a la superbe, il y a toujours la guerre, toujours la volonté de vaincre sur l’autre, de se croire supérieur. Sans humilité il n’y a pas de paix, et sans paix il n’y a pas d’unité.» (Homélie à Sainte-Marthe, le 21 octobre 2016).

Le cardinal Parolin est en visite à Madagascar dans le cadre d'une tournée en Afrique

(CV)

31/01/2017 17:50