Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Politique

Les médias doivent contribuer à la lutte contre la traite humaine

Une manifestation en Espagne contre l'esclavage moderne, en 2016. - AFP

01/02/2017 17:22

(RV) “Ce sont des enfants, non pas des esclaves”, c’est le thème de la troisième journée mondiale de prière et de réflexion contre la traite des personnes. Une initiative, voulue par le Pape François, qui se tiendra le 8 février prochain, jour de la fête de Sainte Joséphine Bakhita, ancienne esclave soudanaise, devenue religieuse.

Elle a été présentée ce mercredi aux journalistes à Rome. C’est “Talitha Kum” le réseau mondial de la vie consacrée engagé à lutter contre la traite des personnes qui prend en charge la coordination du groupe d'organisations partenaires préparant cette journée au niveau international.

La traite concerne aujourd’hui dans le monde, selon les Nations-Unies, 21 millions de personnes, essentiellement des femmes et des enfants. Les ONG font, elles, état de plus de 40 millions de victimes. Une exploitation humaine, en constante augmentation, qui représentent 150 milliards de dollars par an. D’où la nécessité de lancer un cri d’alarme, de sensibiliser à ce que le Pape François a qualifié de «l’une des plaies ouvertes les plus douloureuses». Sœur Carmen Sammut, présidente de l’UISG, l’Union Internationale des Supérieures Générales présentait cette journée à la presse. Elle insiste sur le rôle des journalistes.

(CV)

 

 

 

 

01/02/2017 17:22