Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Vatican \ Activités

Mgr Gallagher visite le Japon en "pèlerin de la paix"

Mgr Paul Richard Gallagher. - ANSA

01/02/2017 15:10

(RV) Mgr Paul Richard Gallagher, Secrétaire pour les Relations avec les États, est actuellement au Japon où il effectue une visite, du 27 janvier au 3 février. Apportant un salut du Pape François, le responsable de la diplomatie vaticane a célébré le lundi 30 janvier à Hiroshima une messe pour la Justice et la Paix.

«La célébration d’aujourd’hui nous invite à prier d’une façon particulière pour la paix, dans un temps durant lequel de nombreux peuples et nations sont affligés par la violence et la guerre, et quand il y a la crainte considérable d’une escalade des conflits au niveau global», a précisé l’archevêque britannique lors de l’homélie.  

Il a évoqué l’appel pour la paix et la justice effectué par saint Jean-Paul II lors de sa visite à Hiroshima en 1981, en ce lieu frappé par la bombe atomique en 1945. Venu en tant que «pèlerin de paix» tout comme le revendique Mgr Gallagher aujourd'hui, le Pape polonais avait alors «donné une voix aux innombrables victimes de Hiroshima et Nagasaki, aux nombreuses mères et aux nombreux pères qui ont perdu leurs enfants, et aux enfants qui ont perdu leurs parents. Les gens criaient alors qu’il prononçait ses mots, et lui-même avait été très affecté par tout ce qu’il avait vu à cette occasion», a rappelé Mgr Gallagher.

Lors de son intervention devant les autorités civiles de la ville, Mgr Gallagher a ensuite rappelé «l’obligation morale» des responsables actuels de ne pas oublier cette tragédie, «de travailler pour la paix, de s’engager nous-mêmes pour la paix, de ne laisser aucune pierre qui ne soit pas tournée vers la recherche de la paix».

Rappelant le message du Pape François sur la non-violence, à l’occasion de la Journée mondiale de la paix du 1er janvier dernier, Mgr Gallagher a rappelé qu’en choisissant cette voie de la non-violence et de la culture de la rencontre, «un futur meilleur et plus harmonieux peut être assuré pour les générations à venir». Il a dit espérer «que les femmes et les hommes de notre temps, particulièrement les jeunes, vont savoir comment choisir la voie d’un dialogue constructif. Demandons au Seigneur de nous garantir des jours de liberté, de fraternité et de paix», a-t-il conclu.

(CV)

 

 

        

 

 

01/02/2017 15:10