Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

L'Église du Japon fête son nouveau bienheureux

La messe de béatification de Juste Ukon Takayama, le 7 février 2017 à Osaka. - AFP

07/02/2017 12:58

(RV) Entretien - L’Église catholique japonaise est en fête. Juste Takayama Ukon surnommé le «samouraï du Christ» a été béatifié, ce mardi 7 février 2017, à Osaka. C’est le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour la Cause des Saints, qui représentait le Pape François lors de cette cérémonie solennelle retransmise en direct à la télévision japonaise.

L’Église japonaise compte déjà 42 saints et 393 bienheureux, mais Juste Takayama Ukon représente une figure particulière. Il s’agit en effet d’un laïc, homme politique, seigneur féodal et samouraï qui a été élevé à la gloire des autels pour avoir choisi de suivre le Christ, abandonnant ses richesses et son statut social. 

Juste Takayama Ukon se convertit au christianisme à l’âge de 12 ans suivant ainsi les traces de son père, proche des jésuites. L’Évangile a été introduit au Japon grâce à saint François-Xavier, membre de la Compagnie de Jésus, en 1549.

Durant la persécution contre le christianisme, Juste Takayama Ukon refusa de renoncer à sa foi, il fut alors déchu de son rang et attaqué sur ses terres; en 1614, il fut contraint à l’exil et partit trouver refuge à Manille, aux Philippines, avec 300 chrétiens. Il tomba gravement malade et y mourut peu de temps après son arrivée en février 1615.

Selon les évêques du pays, il représente un modèle pour les chrétiens d’aujourd’hui. Hélène Destombes a joint au Japon le père Régis Laulé, prêtre Fidei donum du diocèse de Strasbourg, qui dirige l'unique Foyer de charité du Japon situé à 30 km d'Osaka. Il revient sur le sens de cette béatification pour les Japonais.

(CV-HD)

 

 

 

 

07/02/2017 12:58