Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Birmanie : le cardinal Bo appelle à la paix face aux violences dans le nord

Des centaines de Birmans ont appelé à la paix lors d'une manifestation à Rangoun le 4 février 2017. - AFP

08/02/2017 15:31

(RV) Alarmé par la recrudescence de violences en Birmanie, le cardinal Charles Maung Bo, archevêque de Yangon a lancé un appel à la paix pour son pays et exhorte la communauté internationale à être vigilante pour «mettre un terme à la violence et à la terreur».

«La Birmanie traverse actuellement l’un des moments les plus déchirants de son histoire. Le peuple birman est profondément peiné parce qu’il semble que nous sombrons à nouveau dans des jours noirs. La Birmanie a besoin de l’attention du monde pour renforcer son fragile parcours démocratique» écrit le cardinal dans le texte envoyé à l’Agence Fides. «La haine envers des personnes d’ethnie et de religion différentes s’est intensifiée et a atteint un niveau alarmant» s’inquiète-t-il.

Il s’appuie sur un rapport du Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits fondamentaux publié le 3 février, qui mentionne des brutalités et d’autres violations particulièrement graves des droits fondamentaux de la part des forces de sécurité birmanes dans l’État de Rakhine. Ces actes «d’inhumanité et de barbarie difficiles à lire et à croire» sont «une sonnette d’alarme pour nous tous» ajoute le prélat.

Rappelant les transformations économiques, l’amélioration des moyens de communication, les changements au sein de la société et dans les mécanismes démocratiques, le cardinal Bo relève une note d’espoir. «Au cours de ces cinq dernières années, la Birmanie a vécu de nombreux changements positifs et il est devenu un pays plus ouvert. Il s’agit d’une aube d’espérance».

Dans son texte, le cardinal appelle aussi à ce que «justice soit faite» et que les deux pasteurs chrétiens d’ethnie Kachin arrêtés fin 2016 soient remis en liberté. Face à l’offensive militaire lancée dans le nord de la Birmanie par le gouvernement contre les civils des États de Rakhine et Kachin et Shan, le cardinal Bo demande aux autorités d’accorder «le libre accès aux agences humanitaires, aux moyens de communication et aux observateurs des droits fondamentaux». L’Église de Birmanie a proclamé 2017 Année de la paix.

(BH- avec Fides)

08/02/2017 15:31