Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

L'école doit humaniser, créer le dialogue et donner espoir selon le Pape

Devant la Congrégation pour l'Éducation catholique, le Pape François a appelé à humaniser l'éducation. - AFP

09/02/2017 12:51

(RV) La Congrégation pour l’Éducation catholique (pour les Institutions d'Enseignement) a tenu son Assemblée plénière ce jeudi 9 février. C’est à cette occasion que le Pape François s’est exprimé devant les participants en Salle Clémentine au Vatican. Le Saint-Père a insisté sur l’importante contribution des écoles catholiques pour la mission d’évangélisation. C’est pour suivre au mieux cette dimension évangélisatrice que le Pape a fait part de plusieurs de ses attentes à la Congrégation qui supervise les études dispensées dans l’ensemble des universités, facultés ou enseignements supérieurs catholiques.

En premier lieu, «il est nécessaire d’humaniser l’éducation» a souligné François. Et cela passe par la formation de la personne, car «l’éducation est au service d’un humanisme intégral et que l’Église, cette mère éducatrice» forme l’humain en vue du «bien des différentes sociétés dans lesquelles l’homme est un membre qui, devenu adulte, y aura des tâches à effectuer».

La deuxième attente évoquée par le Pape concerne «la culture du dialogue». Dans le monde d’aujourd’hui, un «village global» composé de membres qui «partagent la même espérance d’un futur meilleur», il y a «malheureusement tant de formes de violences, de pauvreté, de frustrations, de discriminations, de marginalisations qui entraînent des restrictions des libertés fondamentales, et créé une culture de l’exclusion», déplore le Saint-Père. Il appelle ainsi les institutions éducatives catholiques à «pratiquer la grammaire du dialogue qui forme à la rencontre et à la valorisation de la diversité culturelle et religieuse», c’est-à-dire à «enseigner une méthode de dialogue intellectuel dans le but de la recherche de la vérité».

Le Pape a enfin attiré l’attention sur une dernière attente, celle de l’éducation comme source d’espérance. «L’éducation fait naitre, fait grandir, s’ajoute à la dynamique qui donne vie.» François s’est dit convaincu que «les jeunes d’aujourd’hui ont surtout besoin de cette vie» dédiée à la recherche «du beau, du bon, du vrai et de la communion avec les autres», pour construire leur avenir. Ainsi, explique-t-il, «le vrai éducateur est comme un père et une mère qui transmettent une vie capable de futur». C’est pourquoi, le Pape appelle à se mettre à l’écoute des jeunes, et c’est dans ce sens que le prochain Synode des évêques leur sera dédié en octobre 2018.

Le cardinal Giuseppe Versaldi présidait pour la première fois l’assemblée en tant que préfet de la Congrégation, nommé par le Pape en mars 2015. Le Saint-Père a aussi salué les membres présents de la Fondation Gravissimum educationis qui a été constituée en octobre 2015 pour mettre à jour les contenus de la Déclaration conciliaire éponyme, 50 ans après sa publication par le Concile Vatican II en octobre 1965.

(BH)

09/02/2017 12:51