Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

L'Italie présente sa nouvelle politique d'accueil des migrants

L'Italie a accueilli 500 000 migrants depuis 2014. - ANSA

09/02/2017 08:01

(RV) L'Italie accueillera moins de migrants mais dans de meilleurs conditions. C’est avec ces mots que le gouvernement italien a présenté sa nouvelle politique migratoire, un plan a été dévoilé mercredi 8 février à Rome avec comme objectifs : réorganiser les centres d’accueil, mettre fin aux arrivées et accélérer les expulsions.

C’est Marco Minniti, le ministre de l'Intérieur italien, qui est à l’origine de ce nouveau modèle d’accueil à l’italienne. La première proposition du ministre c'est de mieux répartir les migrants sur le territoire: 500.000 sont arrivés depuis 2014 et les centres d’accueil sont débordés ou insalubres. Il promet donc 100 millions d'euros de rétribution au total pour les communes prêtes à faire un effort.

Nouveaux centres d’accueils, plus petits et plus nombreux, mais aussi nouveaux contrôles. C’est l’autre objectif de ce plan : s’attaquer en priorité aux «migrants économiques» suceptibles d'expulsions. Et pour cela, chacune des 20 régions d'Italie sera dotée d’un centre de rétention de 1600 places pour identifier et expulser les déboutés.

Autre moyen d’accélérer les expulsions : le gouvernement italien espère motiver des départs volontaires avec l’augmentation des primes au départ versées aux migrants qui quittent l'Italie. Pour réduire le «vide de l'attente» de certains migrants - les procédures peuvent parfois durer jusqu’à deux ans- le ministre de l’Intérieur promet des emplois aux demandeurs d’asile. Entretien des jardins publics ou cours de langues, il s’agira de travaux d'intérêt général non rémunérés, car «il ne s’agit pas de concurrencer le marché du travail» dans un pays où 40% des jeunes sont au chômage, a souligné Marco Minniti.

Enfin dernier point de ce plan : lutter contre les réseaux de passeurs en appliquant l’accord signé la semaine précédente avec la Libye. C’est là que sont passés 90% des migrants débarqués en 2016 en Italie.

(BH)

09/02/2017 08:01