Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Documents

Daniel Pittet: un livre pour libérer la parole (Interview)

La couverture du livre de Daniel Pittet en italien - RV

13/02/2017 16:09

(RV) Entretien - Mon père je vous pardonne- Survivre à une enfance brisée (éditions Philippe Rey): c’est le titre d’un récit dur et poignant, mais également plein de foi et d’espérance. Celui de Daniel Pittet, qui raconte les abus sexuels dont il a été victime, enfant pendant 4 ans, abus commis entre 1968 et 1972, par un religieux capucin en Suisse. Aujourd’hui bibliothécaire, marié et père de six enfants, Daniel Pittet a pardonné à son agresseur. Soutenu dans sa démarche par Mgr Charles Morerod, évêque de Lausanne, Genève et Fribourg, Daniel Pittet espère que son témoignage aidera à une meilleure appréhension de ce douloureux phénomène des abus sexuels dans l’Eglise, et encouragera les victimes à sortir de leur silence.

Daniel Bittet était déjà l’auteur d’un petit livre, Aimer, c’est tout donner, publié à l’occasion de l’année de la vie consacrée. L’opuscule traduit en plusieurs langues, avait été préfacé par le Pape François. Le Souverain Pontife signe, cette fois encore, la préface de ce témoignage bouleversant.

Le Pape dénonce dans ces actes «une absolue monstruosité, un péché effroyable, radicalement contraire à tout ce qu’enseigne le Christ». Il rappelle que le Saint-Siège promeut désormais «une grande sévérité pour ces prêtres qui trahissent leur mission, ainsi que pour leur hiérarchie, évêques ou cardinaux, qui les protègerait, comme cela a été le cas dans le passé».

Cyprien Viet a recueilli le témoignage de Daniel Pittet :

Retrouvez ici l'intégralité de la préface signée par le Pape François:

« C’est une épreuve pour la victime d’un pédophile de prendre la parole et de raconter ce qu’elle a enduré, de décrire les traumatismes qui persistent encore des années après. C’est pourquoi le témoignage de Daniel Pittet est nécessaire, précieux et courageux.

J’ai fait sa connaissance en 2015 au Vatican, dans le cadre de l’Année de la Vie consacrée. Daniel voulait diffuser à large échelle un livre intitulé Aimer, c’est tout donner, qui recueillait les témoignages de religieux et religieuses, de prêtres et de consacrés. Difficile pour moi d’imaginer que cet homme enthousiaste et passionné par le Christ avait été abusé par un prêtre. C’est pourtant ce qu’il m’a raconté et sa souffrance m’a beaucoup touché. J’ai vu là encore les dégâts effrayants que causent les abus sexuels et le long et douloureux chemin qui attend les victimes.

Je suis heureux que d’autres puissent entendre aujourd’hui son témoignage et découvrir à quel point le mal peut entrer dans le cœur d’un serviteur de l’Église.

Comment un prêtre, ordonné au service du Christ et de son Église, peut-il en arriver à causer autant de malheur ? Comment, alors qu’il est consacré pour amener un enfant à Dieu, peut-il le dévorer dans ce que j’ai appelé un « sacrifice diabolique » qui détruit tout à la fois sa proie et la vie de l’Église ? Certaines victimes sont allées jusqu’au suicide. Ces morts pèsent sur mon cœur et sur ma conscience, et sur celle de toute l’Église. À leurs familles j’offre mes sentiments d’amour et de douleur, et, humblement, je demande pardon.

C’est une absolue monstruosité, un péché effroyable, radicalement contraire à tout ce qu’enseigne le Christ. Jésus a des paroles très sévères à l’encontre de ceux qui font du mal aux enfants : « Celui qui est un scandale, une occasion de chute pour un seul de ces petits qui croient en moi, il est préférable pour lui qu’on accroche au cou une de ces meules que tournent les ânes, et qu’il soit englouti au pleine mer » (Matthieu 18,6)

Notre Église, ainsi que je l’ai rappelé dans la lettre apostolique « Comme une mère aimante » du 4 juin 2016, doit soigner et protéger avec une affection particulière les plus faibles et les sans-défense. Nous avons déclaré qu’il nous faut faire preuve d’une grande sévérité pour ces prêtres qui trahissent leur mission, ainsi que pour leur hiérarchie, évêques ou cardinaux, qui les protègerait, comme cela a été le cas dans le passé.

Dans son malheur, Daniel Pittet a quand même pu rencontrer une autre face de l’Église, ce qui lui a permis de ne pas désespérer des hommes et de Dieu. Il nous dit aussi la force de la prière qu’il n’a jamais abandonnée et qui l’a soutenu dans les heures les plus noires.

Il a choisi de rencontrer son bourreau quarante-quatre ans plus tard, il a pu regarder dans les yeux cet homme qui l’a meurtri au plus profond de son être. Et il lui a tendu la main. L’enfant blessé est aujourd’hui un homme debout, fragile mais debout. Je suis très touché par ses paroles : « Beaucoup de personnes ne peuvent pas comprendre que je ne le hais pas. Je lui ai pardonné et j’ai construit ma vie sur ce pardon. »

Je remercie Daniel, car des témoignages comme le sien font sauter la chape de plomb qui étouffait les scandales et les souffrances, ils font la lumière sur une terrible obscurité dans la vie de l’Église. Ils ouvrent la voie à une juste réparation et à la grâce de la réconciliation, et ils aident aussi les pédophiles à prendre conscience de l’impact terrible de leurs actes.

Je prie pour Daniel et pour tous ceux qui, comme lui, ont été blessés dans leur innocence. Que Dieu les relève et les guérisse, qu’Il nous donne à tous Son pardon et Sa miséricorde.

Pape François, le 6 décembre 2016 »

 

13/02/2017 16:09