Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Le Pape reçoit la Conférence épiscopale du Costa Rica au Vatican

Le Pape François avec le président du Costa Rica lors de sa visite en mai 2016 - AP

13/02/2017 12:22

(RV) Le Pape François a reçu, ce lundi 13 février au matin, la Conférence épiscopale du Costa Rica pour la visite ad limina de ses évêques, qui se terminera le 17 février 2017. Huit d’entre eux ont été accueillis par le Saint-Père : Mgr José Rafael Quirós Quirós, archevêque de San José de Costa Rica, Mgr Ángel San Casimiro Fendàndez, l’évêque d’Alajuela, Mgr José Francisco Ulloa Rojas, l’évêque de Cartago, Mgr José Manuel Garita Herrera, l’évêque de Ciudad Quesada, Mgr Javier Gerardo Roman Arias, l’évêque de Limón, Mgr Oscar Gerardo Fernàndez Guillén, l’eveque de Puntarenas, Mgr Gabriel Enrique Montero Umaña, l’eveque de San Isidro de El General et enfin Mgr Manuel Eugenio Salazar Mora, l’évêque de Tilarán-Liberia.

Problème des réfugiés et des migrants cubains

Le Costa Rica est un pays  de 4.8 millions d’habitants, à 82% catholiques selon l’Annuaire statistique de l’Eglise 2013. Parmi les problématiques de ce pays, celle des migrants cubains. Plusieurs milliers d’entre eux sont restés bloqués au Costa Rica à la fin de l’année 2015, alors qu’ils tentaient de rejoindre les Etats-Unis, en raison d’un changement de la politique migratoire. Comme de nombreux autres pays d’Amérique centrale, le Costa Rica a décidé de refuser que ces migrants traversent son territoire sans visa.  Le gouvernement avait ensuite commencé les expulsions. Le Pape François avait lancé un appel lors de l’Angélus du 27 décembre 2015 pour que les Etats d’Amérique centrale renouvellent «avec générosité tous les efforts nécessaires pour trouver une solution à ce drame humanitaire».

Violence dans le pays liée au trafic de drogue 

En mai 2016, le Saint-Père avait rencontré le président Solis Rivera lors d’une audience. Ils avaient parlé notamment des réfugiés et du narcotrafic. Le pays est touché par de la violence, liée à la drogue. Lors de l’Assemblée de la Conférence épiscopale en 2016, les évêques avaient souligné qu’un quart des meurtres était lié au trafic de drogue. Ils avaient aussi dénoncé un modèle de développement économique qui ne vise pas au bien humain. «La miséricorde est un antidote à la violence» avait déclaré la Conférence épiscopale dans son message final.

(SB) 

13/02/2017 12:22