Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Activités

Audience générale : se savoir aimé de Dieu, pour mieux aimer les autres

Le Pape et le préfet de la Maison pontificale, Mgr Georg Gaenswein, lors de l'audience générale du 15 février 2017. - ANSA

15/02/2017 12:46

(RV) «L’espérance ne déçoit pas» : c’est sur cette parole tirée de la Lettre de saint Paul aux Romains que le Pape François, devant les Romains d’aujourd’hui et les pèlerins venus à Rome dans le cadre de l’audience générale de ce 15 février 2017, a développé ce matin une nouvelle étape de sa série de catéchèses sur l’espérance chrétienne. Il a invité les chrétiens à assumer cette espérance en liant leur fierté avec une fraternité vécue en actes.

Le compte rendu de Cyprien Viet

«Il est facile de dire : Dieu nous aime. Nous le disons tous. Mais est-ce que chacun de nous est capable de dire : je suis sûr que Dieu m’aime ? Il n’est pas si facile de le dire. Mais c’est vrai. C’est un bon exercice, ceci, de se dire à soi-même : Dieu m’aime. C’est la racine de notre sécurité, la racine de l’espérance.»

Tout en improvisant cette interpellation, le Pape a appelé à vivre cette espérance avec fierté, en s’appuyant sur les paroles de saint Paul : «Nous sommes invités à nous vanter de l’abondance de la grâce de laquelle nous sommes pénétrés en Jésus-Christ, par le moyen de la foi». Prendre conscience que «tout est grâce», que «tout est don» doit aider à vivre avec confiance. Les chrétiens doivent aussi «se vanter dans les tribulations», dans les épreuves, en ayant conscience que la paix du Seigneur ne mène pas à une absence de préoccupations ou de souffrances, mais que sa miséricorde et sa bonté «sont plus grandes que toute chose».

Cette conviction ne doit pas nous amener à être autocentrés, bien au contraire : «L’espérance qui nous a été donnée ne nous sépare pas des autres, ni encore moins ne nous porte à les discréditer ou à les marginaliser, a martelé le Saint-Père. Il s’agit au contraire d’un don extraordinaire dont nous sommes appelés à nous faire des canaux, avec humilité et simplicité. Et alors notre fierté la plus grande sera celle d’avoir comme Père un Dieu qui ne fait pas de préférences, qui n’exclut personne, mais qui ouvre sa maison à tous les êtres humains, à commencer par les derniers et les lointains, parce que comme ses enfants nous essayons de nous consoler et de nous soutenir les uns les autres.»

Cyrille et Méthode, des exemples pour l'Europe

Au terme de l'audience, le Pape a évoqué les figures des saints Cyrille et Méthode, «évangélisateurs des peuples slaves et co-patrons de l'Europe», fêtés ce mardi. «Ces deux frères de Salonique ont apporté l'Évangile aux peuples slaves, a rappelé le Pape. Encore aujourd'hui, ils rappellent à l'Europe, et à nous tous, le besoin de maintenir l'unité de la foi, la tradition, la culture chrétienne et de vivre chaque jour l'Évangile.»

«Que leur exemple vous aide, chers jeunes, à devenir dans tout environnement des disciples missionnaires; que leur tenacité vous encourage, chers malades, à offrir vos souffrances pour la conversion des lointains, et que leur amour pour le Seigneur vous illumine vous, chers nouveaux époux, à porter l'Évangile comme règle fondamentale de votre vie familiale», a exhorté le Saint-Père en s'adressant aux 7000 participants à cette audience en salle Paul VI.

(CV)

 

 

15/02/2017 12:46