Social:

RSS:

App:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

François \ Documents

Pour le Pape François, l'université est un lieu d'éducation à la solidarité

Le Pape saluant les étudiants de Roma Tre, le 17 février 2017. - ANSA

17/02/2017 12:31

(RV) Lors de sa visite à l’Université Roma Tre, dans la matinée de ce vendredi 17 février 2017, le Pape François n’a pas prononcé le discours qui était prévu, mais en a remis le texte au recteur. En voici les principaux points.

Rappelant que «l’instruction et la formation académique des nouvelles générations est une exigence première pour la vie et le développement de la société», François y précise que «l’université est un lieu privilégié dans lequel se forment les consciences, dans une confrontation entre les exigences du bien, du vrai et du beau, et la réalité avec des contradictions». Face aux réalités douloureuses du monde contemporain, comme les guerres entretenues par les trafics d’armes, le Pape estime qu’il faut éviter toute attitude «de découragement ou de défiance».

Il appelle aussi à éviter de se laisser piéger par les «marchands du rien», ceux qui tirent profit de la drogue ou des jeux de hasard, «des choses qui procurent des bonheurs momentanées et apparents, mais qui en réalité introduisent dans des voies dans sortie, sans futur, de vrais labyrinthes existentiels. Les bombes détruisent les corps, les dépendances détruisent les esprits, les âmes, et aussi les corps.»

Face aux transformations du monde actuel, et notamment la révolution numérique et la place de plus en plus grande des réseaux sociaux dans la communication, «la valeur centrale de la personne humaine» doit être préservée à travers «un sain discernement», afin de faire fructifier les éléments positifs de ces innovations.

Dans un registre personnel, le Pape revient aussi sur la figure de Jésus, «une Personne qui est venue à ma rencontre, quand j’avais plus ou moins votre âge, et qui m’a ouvert des horizons et m’a changé la vie». Parler de ce «compagnon de route», ne signifie pas propager «des illusions ou des théories philosophiques ou idéologiques», ni faire du prosélytisme, précise le Pape dans ce texte destiné aux étudiants d’une université laïque, mais simplement donner une chance aux jeunes de se construire en laissant leur cœur ouvert aux surprises spirituelles. «N’ayez pas peur de vous ouvrir aux horizons de l’esprit, et si vous recevez le don de la foi, parce que la foi est un don, n’ayez pas peur de vous ouvrir à la rencontre avec le Christ, et d’approfondir le rapport avec Lui. La foi ne limite jamais le champ de la raison, mais l’ouvre à une vision intégrale de l’homme et de la réalité», lance le Pape François, sur un ton proche des paroles de ses prédécesseurs Jean-Paul II et Benoît XVI.

Enfin, face à la peur de l’Occident face à l’étranger qui pourrait menacer la culture chrétienne de l’Europe, le Pape précise que la première menace pour la culture chrétienne en Europe provient de l’intérieur, à travers les tentations du repli sur soi. Le Pape invite donc à une formation universitaire qui pousse les jeunes vers la solidarité et non pas l’individualisme.

(CV)

 

17/02/2017 12:31