Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Eglise \ Vie de l'Eglise

Suisse : une marche blanche contre les abus sexuels dans l'Église

La couverture de l'édition italienne du livre de Daniel Pittet. - RV

17/02/2017 17:53

(RV) Une Marche Blanche est organisée à Fribourg, place Python, dans l'après-midi du 18 février 2017, de 15h à 16h. Cette initiative vise à dénoncer l'absence de mesures à l'encontre des personnes qui ont commis des actes pédophiles.

La Marche Blanche vise à dénoncer l'absence de mesures à l'encontre des personnes qui ont commis des actes pédophiles et demande la reconnaissance des victimes par toutes les autorités concernées.

L'événement, initié par Chistine Bussat (UDC/VD), la fondatrice de l'association Marche Blanche qui lutte contre la pédophilie, fait suite à la sortie du livre-témoignage de Daniel Pittet: Mon Père, je vous pardonne (éditions Philippe Rey) qui relate les nombreux viols commis par un capucin, le père Joël Allaz, entre 1968 et 1972. Dans cet ouvrage préfacé par le Pape François en personne, Daniel Pittet relate aussi tout le processus de guérison et de pardon qui lui a permis de garder la foi.

Mgr Charles Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg et de Mgr Jean-Marie Lovey, évêque de Sion, soutiennent cette démarche. Ils rappellent qu'une telle revendication interpelle également l'Église et son rôle dans la gestion de faits pédophiles.

En France, les diocèses de Rouen et d'Angers (concernant, dans ce dernier cas, un prêtre aujourd'hui décédé) ont été secoués cette semaine par la révélation de nouvelles affaires d'abus sexuels. Par ailleurs, le procès canonique du père Bernard Preynat a pu débuter grâce une levée de la prescription, bien que les faits qui lui sont reprochés remontent à plus de 20 ans. Au printemps dernier, cette affaire avait provoqué une intense polémique et une mise en cause personnelle du cardinal Philippe Barbarin, accusé de ne pas avoir pris la mesure de la gravité des actes de ce prêtre, qui avait gardé des activités en paroisse jusque 2015. Le parquet a finalement classé l'affaire sans suite le 1er août dernier, concernant la responsabilité personnelle du cardinal, et ce indépendamment de la procédure concernant le père Preynat, qui, elle, se poursuit.

En marge d'une conférence à Fribourg, jeudi soir, Daniel Pittet a justement annoncé avoir reçu une lettre de soutien du cardinal Barbarin, auteur de «l'un des plus beaux courriers» qu'il ait reçu, a affirmé l'auteur de Mon Père, je vous pardonne.

(CV avec cath.ch)

17/02/2017 17:53