Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Pour approfondir \ Méditation Dominicale

Méditation pour le septième dimanche du Temps Ordinaire

P. Rigobert Kyungu,SJ

18/02/2017 16:02

Le père jésuite Rigobert Kyungu nous introduit à la méditation avec les lectures du septième dimanche du Temps Ordinaire

(RV) Frères et sœurs,

Les lectures de ce septième dimanche ordinaire nous invitent à examiner nos rapports les uns envers les autres, à la lumière du critère de l’amour. Car c’est lorsque nous nous aimons vraiment que nous pouvons atteindre la perfection ou la sainteté de Dieu.

Dans la première lecture, Dieu nous demande d’imiter sa sainteté, et d’aimer notre prochain comme nous-mêmes. Cet extrait du Lévitique illustre aussi l’amour du prochain de manière beaucoup plus concrète. Aimer le prochain signifie ne pas entretenir de la haine ou de la rancune dans le cœur contre quelqu’un, ne pas se venger, et ne pas se faire complice du péché de l’autre. Au contraire, lorsque notre prochain s’égare, il est de notre devoir de le ramener sur le droit chemin. Aimer c’est donc vouloir du bien à l’autre, autant que j’en voudrais pour moi-même.

Dans la deuxième lecture, saint Paul affirme que notre vie, notre corps et tout notre être ne nous appartiennent pas. Ils sont un don gratuit de Dieu, et ce dernier a choisi d’habiter en nous et de faire de nous le temple de son Esprit. Cette vérité nous fait davantage comprendre notre responsabilité à l’égard de l’autre. En effet, notre prochain, appartient lui aussi, à Dieu. Lui montrer mon amour est une manière de reconnaître la présence divine en lui, pour la respecter et lui accorder la valeur qui lui revient. Tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu, nous rappelle saint Paul. 

Dans l’évangile, Jésus va encore plus loin avec son enseignement sur l’amour du prochain. Il relit la loi de Moïse et en explique l’esprit, face au risque d’une lecture littérale qui ne tiendrait pas compte du contexte historique. Pour Jésus, l’amour du prochain va au-delà de la simple réciprocité dans les rapports humains. Il s’agit d’aimer toute personne, même les méchants, mes ennemis et mes persécuteurs. Jésus a été le premier à mettre en pratique son propre enseignement. Souvenons-nous de sa prière pour ceux qui l’ont crucifié, et de son pardon envers ceux qui ont comploté pour qu’il soit tué. Et au cours de sa vie, Jésus a toujours eu de la compassion envers ceux qui souffrent. Imiter la sainteté ou la perfection de Dieu, c’est aimer comme Lui, tel que Jésus nous le montre en parole et en action.

Frères et sœurs, examinons notre manière d’aimer ceux qui nous entourent à la lumière de l’enseignement de Jésus. Prions-nous vraiment pour ceux qui nous persécutent ? Que faisons-nous de nos ennemis et que leur souhaitons-nous ? Et comment exerçons-nous le pardon les uns envers les autres ? Car l’exemple de Jésus nous montre qu’il n’y a pas d’amour sans pardon tout comme il n’y a pas de pardon sans amour. Et l’exercice du pardon est un bon test pour mesurer notre capacité à aimer. L’amour chrétien n’est donc pas une chose facile ; il est exigeant. Demandons au Seigneur le don de la sagesse dont parle saint Paul, afin d’accepter de nous soumettre aux exigences de l’amour, pour imiter et obtenir la sainteté et la perfection de Dieu. Amen.  

(KS)

18/02/2017 16:02