Social:

RSS:

Radio Vatican

La voix du Pape et de l'Eglise en dialogue avec le monde

Autres langues:
Lire l’article Accéder au menu

Monde \ Société

42 chrétiens pakistanais condamnés pour terrorisme

Un policier pakistanais devant une église de Lahore, le 19 février 2017. - AP

22/02/2017 17:00

(RV) Un tribunal antiterroriste de Lahore au Pakistan a condamné 42 chrétiens pour terrorisme. La Cour a prononcé la condamnation des citoyens chrétiens accusé du lynchage intervenu suite aux attentats contre deux églises – une catholique et l’autre protestante – du quartier de Youhanabad, à Lahore, le 15 mars 2015. 

Après les bombes, la protestation des fidèles avait explosé, se soldant par le meurtre de deux musulmans soupçonnés d’être responsables des attentats, geste condamné par l’ensemble des responsables chrétiens. Au cours des jours suivants, la police avait accompli diverses opérations dans le quartier, arrêtant environ 500 personnes puis confirmant la garde à vue de 84 d’entre eux, les accusant de meurtre et de terrorisme.

De ces personnes, 42 ont été innocentées à l’été 2016. Parmi les 42 condamnés de ce jour, se trouvent trois activistes des droits fondamentaux, étiquetés comme « instigateurs de la violence ».

La déception des évêques

Dans un communiqué envoyé à l’agence Fides, la Commission nationale Justice et Paix des Evêques catholiques du Pakistan  , exprime sa déception « parce que les forces de l’ordre et les autorités se sont concentrées seulement sur le déplorable incident du lynchage alors que les auteurs de l’attentat criminel contre les églises et les fidèles en prière sont encore impunis ».

Selon l’ONG Centre for Legal Aid, Assistance and Settlement (CLAAS), au moins 32 inculpés « ont été accusés injustement » et les pressions d’extrémistes islamiques peuvent avoir conditionné la décision du tribunal.

L’Assemblée nationale du Pakistan a approuvé récemment le Criminal Laws (Amendment) Act 2016, texte de loi qui punit le sectarisme, les conversions forcées et le lynchage de masse. Le texte, qui doit encore être promulgué par le Président pour entrer en vigueur, a été accueilli comme un progrès en ce qui concerne les conditions des minorités religieuses. (OB, avec Fides) 

22/02/2017 17:00